Se connecter
 Retour à la page précédente
Ubu enchaîné

Fiche descriptive
Séquence didactique
Annexes
Ubu enchaîné
JARRY, Alfred
Par Mathieu Lemoine


Nationalité de l'auteur : Française
Genre : Théâtre
Courant :
Siècle : 20e siècle
Groupe d'âge visé : Collégial
Auteur de la séquence : Mathieu Lemoine
Date du dépôt : Automne 2006


En tant que caricature de tous les êtres lâches et cruels qui interviennent dans nos vies et qui parfois semblent avoir l’ambition de contrôler le monde, le personnage du Père Ubu peut certainement intéresser les élèves du niveau collégial. Étant un personnage type, le Père Ubu pourra être associé à d’autres personnages de fiction ou à des personnes réelles, ce qui permettra à l’élève de faire des liens entre l’œuvre d’Alfred Jarry et son propre univers culturel ou quotidien. En lui présentant Ubu enchaîné (la troisième pièce racontant les aventures du personnage), on amène l’élève à considérer les autres cycles de la saga du Père Ubu et donc à mieux apprécier l’étendue de l’univers créé par Jarry. Afin que la pièce puisse être appréciée par les élèves, la séquence que nous proposons a pour but de les amener à :

  • connaitre le personnage du Père Ubu et être capable de situer la pièce par rapport à un réseau de textes composé des autres œuvres dans lesquelles ce personnage apparait;
  • comprendre la notion de personnage type;
  • comprendre les idiolectes propres au Père Ubu et à son univers, puis comprendre le rôle qu’ils tiennent dans la construction du personnage;
  • être en mesure de percevoir le jeu des contraires présent tout au long de la pièce et d’y trouver un sens.
  •  

    AVANT LA LECTURE

     

    Présentation du Père Ubu

     

    Il est possible de comprendre la pièce Ubu enchaîné sans avoir lu auparavant les autres pièces qui s’y rattachent. Toutefois, pour en apprécier toutes les subtilités, il est important de connaitre le personnage du Père Ubu, ses caractéristiques et ses aventures précédentes. Des extraits de la pièce Ubu roi seront donc présentés aux élèves. Pour diversifier les points de vue adoptés, rendre la présentation de ces scènes moins monotone et pour donner un aperçu des différentes formes que peut prendre cette pièce, il importe de varier les modes de présentation. Certaines des scènes devront être lues à la maison. D’autres scènes pourront être lues de manière théâtrale, en classe, par des élèves volontaires. La lecture de la scène du décervelage des nobles sera suivie par la présentation de l’enregistrement audio de la Chanson du décervelage[1]. La scène II de l’acte V sera présentée sous la forme d’une bande dessinée[2]. D’autres outils seront utilisés pour présenter le Père Ubu et pour faire preuve de la diversité d’œuvres dans lesquelles il apparait : l’enregistrement audio d’une lecture de la pièce Ubu Cocu[3], un diaporama d’images de scène et d’illustrations diverses représentant les personnages ainsi que la vidéo promotionnelle de la pièce Ubu sur la table[4] créée par le Théâtre de la pire espèce. Après la présentation de ces extraits, l’élève sera capable d’identifier les caractéristiques principales du Père Ubu et de son univers et sera donc mieux préparé pour entamer la lecture d’Ubu enchaîné.

     

    PENDANT LA LECTURE

     

    Comprendre la notion de personnage type

     

    Le Père Ubu est un personnage dont les caractéristiques principales sont poussées à l’extrême. Cela donne lieu à des situations irréalistes qui peuvent constituer un obstacle à la compréhension de la pièce si le lecteur est incapable de faire des liens entre ces situations et la vie réelle. Il est donc important de présenter le Père Ubu comme un personnage type dont les traits sont volontairement grossis pour en faire une caricature d’une catégorie de personne pouvant bel et bien exister dans notre entourage. Pour ce faire, il faut d’abord expliquer aux élèves la notion de personnage type. Un personnage type est un personnage cliché constitué de stéréotypes et servant de modèle pour la création d’autres personnages fictionnels. Les personnages inspirés de personnage type seront souvent peu complexes, c’est pourquoi on en retrouve beaucoup dans la culture de masse. Toutefois, le côté caricatural du personnage type en fait parfois un outil de critique sociale.

     

    Pour amener les élèves à s’approprier cette notion, une activité d’activation des savoirs antérieurs sera proposée. D’abord, on présentera aux élèves un montage vidéo de trois extraits de films et d’émissions où l’on peut voir trois personnages types différents dans une situation semblable. Dans ces extraits, on verra donc Homère Simpson[5], Mr Bean[6] et James Bond[7] aller au restaurant. Les personnages choisis sont connus de la majorité des élèves et présentent des caractéristiques claires qui devront être identifiées par eux. Ensuite, en sous-groupes, les élèves devront dresser une liste de personnages types trouvés à même leurs connaissances culturelles. On consolidera les différentes listes sous forme d’une liste unique, puis, lors d’une discussion en groupe, les élèves devront justifier leur choix et regrouper les personnages qui relèvent d’un même type. Voici quelques types qui devraient apparaitre dans la liste finale : le savant fou, le génie du mal, le prince charmant, le justicier, le vieux sage, le pingre, l’agent secret, le super héros, le tueur en série, la demoiselle en détresse, le seigneur des ténèbres, le gros bêta, le nigaud, etc[8]. Cette activité permettra à l’élève de créer des liens intertextuels entre les différents objets culturels avec lesquels il entrera en contact tout au long de sa vie.

     

    Comprendre l’idiolecte du Père Ubu

     

    Le Père Ubu a une langue qui lui est propre et qui constitue une caractéristique importante du personnage. Le vocabulaire du personnage étant en grande partie formé de néologismes inventés par Jarry, il peut être difficile pour le lecteur de comprendre le sens et la connotation des paroles du Père Ubu. Pour apprendre aux élèves les stratégies utiles à la découverte du sens d’un mot inconnu, on leur demandera d'abord d’identifier les mots inconnus pouvant causer des problèmes de compréhension. Pour certains des mots identifiés, l’enseignant donnera lui-même une définition ou demandera à un élève volontaire croyant comprendre le sens du mot de l’expliquer et d’expliquer son raisonnement. L’intervention de l’enseignant et de quelques élèves nous permettra d’identifier certaines stratégies de base soit : porter attention à la sonorité et à l’orthographe du mot; décomposer le mot et observer les ressemblances entre ses parties et d’autres mots connus; analyser le contexte dans lequel apparait le mot inconnu; etc. Une fois ces stratégies expliquées, les élèves, en sous-groupe, devront trouver un sens à certains mots précis qui n’auront pas été définis préalablement. Pour finir, on analysera en groupe le célèbre mot « merdre » qui est éminemment absent à l’ouverture de la pièce. On présentera le document audio intitulé Trois coups… "Merdre…"[9] qui est un témoignage d’André de Fouquière qui fait une critique mitigée de l’usage du mot « merdre ».

     

    APRÈS LA LECTURE

     

    Activité formative d’écriture créative

     

    Cette activité a pour but de mesurer et de raffermir les connaissances acquises depuis le début de la séquence tout en permettant à l’élève de s’exercer à écrire. On proposera à l’élève plusieurs situations de base. Il peut être intéressant que certaines de ces situations soient en lien avec l’actualité, mais on est aussi libre de proposer des thèmes sans lien avec l’actualité tels que : Ubu au carnaval, Ubu au centre d’achat, Ubu à Noël, etc. L’élève devra alors choisir l’un des thèmes proposés et écrire, à la maison, une scène de trois à cinq pages dans laquelle il intègre Ubu dans la situation choisie. L’élève devra aussi intégrer à sa composition un néologisme de son cru pouvant logiquement être intégré à l’idiolecte ubuesque. Cela a pour but de permettre à l’élève de s’approprier les stratégies utiles pour comprendre le sens d’un mot en créant lui-même un mot pouvant être compris par les lecteurs. Le sens de ce mot devra être expliqué dans un commentaire d’environ une page. L’élève pourra avoir construit ce mot en travaillant son aspect sonore, en combinant plusieurs mots, etc. Il devra toutefois s’assurer que ce mot est correctement intégré au contexte de la situation qu’il aura développée lors de sa composition.

     

    Analyse du jeu des contraires

     

    En dernière partie de cette séquence didactique, les élèves devront analyser le jeu des contraires dans la pièce Ubu enchaîné. Pour leur expliquer ce jeu des contraires, on analysera avec eux une première facette de ce phénomène, soit celle de la transformation du roi en esclave. Avec l’élève, on repèrera des passages précis où il est explicitement question du rapprochement de ces pôles opposés. On pourra alors analyser la représentation du monde qui ressort de cette facette du jeu des contraires. Pourquoi Ubu, qui a été roi, est-il satisfait et même fier de sa condition d’esclave? Les élèves n’arriveront probablement pas à une réponse consensuelle à cette question, mais cela n’empêchera pas l’activité de bien les préparer à expliquer leur raisonnement lors de l’activité finale.

     

    ACTIVITÉ FINALE

     

    Analyse personnelle d’une des facettes du jeu des contraires dans la pièce Ubu enchaîné (activité sommative)

     

    L’élève devra ensuite choisir une autre situation dans laquelle le jeu des contraires occupe une place importante. L’élève pourrait, par exemple, se pencher sur la liberté très disciplinée des hommes libres ou sur le renversement des thèmes de la prison et du procès. Une fois le sujet choisi, les élèves devront rédiger, en classe, une dissertation expliquant le jeu des contraires selon cet aspect particulier du texte et fournir des preuves directement tirées du texte. Finalement, l’élève devra donner une interprétation de ce rapprochement des contraires dans l’aspect choisi puis expliquer la vision du monde qui en découle. En plus de permettre à l’élève de s’exercer à écrire une dissertation, cette activité lui permettra de démontrer sa compréhension du texte qui aura été avivée par les premières activités de la séquence.

     

    Donc, tout au long de cette séquence, l’élève apprendra à situer un texte dans un réseau de textes, à utiliser la notion de personnage type, à reconnaitre les caractéristiques du personnage de type ubuesque et à comprendre les mots inventés qui lui sont propres à l’aide de stratégie acquise en classe. Finalement, l’élève devra démontrer sa compréhension du texte en explorant de manière personnelle une thématique précise de l’œuvre soit celle du jeu des contraires.



    [1] Georges Charbonnier et Alain Trutat, « Chanson du décervelage » dans Bonjour Monsieur Jarry, [livre et enregistrement audio sur disques compact], Paris, André Dimanche Éditeur, 1995, disque 1,  piste 8 .

    [2] Daniel Casanave et Alfred Jarry, Ubu Roi, Paris, Les 400 coups, 2001,p 65 à 68.

    [3] Georges Charbonnier et Alain Trutat, op.cit., disque 1, piste 5.

    [4] s.a. La pire espèce, [en ligne]. http://www.pire-espece.com/ubutable.htm [Site consulté le 10 décembre 2006].

    [5] s.a., « New kid on the block », dans The Simpson season 4, épisode 64, 1992.

    [6] John Howard Davies, « Le restaurant », dans Les aventures Hilarante de Mr Bean, Vol 1, 1998.

    [7] John Glen, Dangereusement vôtre, 1985.

    [8] s.o. « Personnage type » dans Wikipédia [en ligne]. http://fr.wikipedia.org/wiki/Personnage_type [Site consulté le 10 décembre 2006].

    [9] Georges Charbonnier et Alain Trutat, op.cit., disque 1, piste 7.


    ---
    © 2017, Université Laval
    Ce texte est protégé par la loi sur les droits d'auteur. Il peut cependant être utilisé à des fins éducatives. Nous vous prions d'en indiquer la source lors d'une éventuelle utilisation.


    À propos | Aide | Contactez-nous