Se connecter
 Retour à la page précédente
Les fées ont soif

Fiche descriptive
Séquence didactique
Annexes
Les fées ont soif
BOUCHER, Denise
Par Natacha Pelletier


Nationalité de l'auteur : Québécoise
Genre : Théâtre
Courant :
Siècle : 20e siècle
Groupe d'âge visé : Collégial
Auteur de la séquence : Natacha Pelletier
Date du dépôt : Automne 2005


PRÉSENTATION DE LA PIÈCE DE THÉÂTRE ET DE LA SITUATION-PROBLÈME

 

Pour apprécier la pièce Les Fées ont soif et son caractère emblématique du courant féministe dans la dramaturgie québécoise, l’étude du texte ne peut pas être dissociée de l’étude de son contexte culturel d’émergence et de réception. En d’autres mots, pour comprendre ce texte et prendre plaisir à le lire, un premier degré de lecture n’est pas suffisant, car l’essentiel de la dénonciation des conditions de la femme ne réside pas seulement dans le texte, mais aussi dans tout ce qui a marqué les premières représentations. Même si l’étude de cette pièce doit être mise en parallèle avec les contextes sociohistoriques de sa réception, Les Fées ont soif n’est pas pour autant incompréhensible ; en plus d’être assez simple dans ses thématiques, son langage est accessible. De plus, elle est très imagée et rythmée grâce aux différents procédés stylistiques employés. Cela dit, ce texte favorisera, à mon humble avis, la motivation des étudiants, car étant hors du commun, il pique la curiosité des jeunes adultes. Néanmoins, cette pièce causera fort probablement un problème de lecture aux étudiants parce que rares sont ceux qui ont une connaissance fine des raisons d’existence du féminisme et plus rares encore sont ceux qui savent comment reconnaître un discours féministe dans une œuvre littéraire. Au premier degré, la lecture de cette pièce ne causera pas un problème majeur, mais il en sera tout autrement quand il faudra analyser et critiquer finement cette pièce. Les étudiants devront être conscients que la pièce Les Fées ont soif, en dénonçant les conditions de la femme, « s’attaque aux rôles sociaux, mais également aux images et aux symboles sur lesquels repose la civilisation occidentale[1] ». Le but de cette séquence didactique est d’amener les étudiants à percevoir la dénonciation de l’aliénation de la femme par les deux angles proposés ci-dessous :

· comprendre les conditions de la femme, tant dans le contexte actuel qu’au moment de présenter pour la première fois la pièce de Boucher ;

· reconnaître le caractère dénonciateur de cette pièce.

 

OBJECTIF PRINCIPAL 1 : COMPRENDRE LES CONDITIONS DE LA FEMME (3 COURS DE DEUX HEURES)

 

Avant la lecture : cours 1 et 2

 

Cours 1 : Définir la femme d’aujourd’hui et celle d’hier

 

Une première intention est donc de mener une réflexion sur le titre de cette pièce par un échange en grand groupe. L’objectif est d’amener les élèves à préciser leur conception de la femme d’aujourd’hui pour la comparer à celle dont on parle dans Les Fées ont soif. Tout d’abord, l’enseignant leur donne la consigne suivante :

Sur une feuille mobile, décrivez d’abord ce que vous croyez être une fée. Ensuite, décrivez une femme que vous connaissez : votre mère, une tante, etc. Décrivez son statut social, ses qualités, son type de travail, etc.

Une fois le texte terminé par tous les élèves, les différentes conceptions de la fée et de la femme peuvent être mises en commun. À la suite de cet échange, les conceptions spontanées des élèves à propos des fées seront comparées à celle exprimée dans la citation de Michelet[2] qui résume le caractère des fées. Cette amorce sera suivie par l’étude d’autres éléments du paratexte. L’enseignant et les étudiants liront l’exergue de Jean Le Moyne[3] placé au tout début de l’introduction. Ce texte aide les élèves à se construire un horizon d’attente, car Le Moyne y dénonce les conditions de la femme. La lecture de la quatrième de couverture contribue aussi à enrichir leur horizon d’attente. Ensuite, au moyen d’une discussion par équipe de quatre, les étudiants essaient de répondre à la question suivante :

 

Croyez-vous que le rôle de la femme d’aujourd’hui diffère de celui dont on parle dans les courts textes que vous venez de lire ? Expliquez.

Au terme de cet exercice, les élèves devraient porter un regard différent sur leurs conceptions premières. Maintenant, en grand groupe, ils réalisent que les conditions de la femme ont été longtemps et sont toujours une question sur laquelle on débat vigoureusement.

 

Cours 2 : La réception des Fées ont soif et quelques analyses sur celle-ci

 

Dans ce cours, les étudiants ont à faire de la recherche à la bibliothèque sur Les Fées ont soif. Le but premier est de leur montrer que la réception de cette pièce a fait bien des remous au Québec. Quand ils ont recueilli deux références sur celle-ci, les étudiants composent des équipes de quatre dès le retour en classe. Chaque équipe doit résumer les articles qu’elle a en sa possession à partir du questionnaire suivant :

QUESTIONNAIRE :

1. Quel est le titre de l’article ou de l’ouvrage ?

2. En quelle année est paru l’article ou l’ouvrage ?

3. Qui a écrit cet article ou cet ouvrage ?

4. Quels sont les sujets abordés en lien avec Les fées ont soif ?

5. Qu’en dit-on ?

6. Est-ce une analyse ou une critique ?

 

Par la suite, à l’aide d’un tableau (reproduit ci-dessous) les renseignements recueillis peuvent être compilés.

Qui dit quoi ?

Analyse

Critique

Les littéraires (auteurs d’articles ou d’ouvrages, autres écrivains, etc.)

 

 

Les représentants de l’Église catholique

 

 

La population

 

 

 

Le tableau fait référence aux personnes qui ont réagi aux propos de cette pièce, soit par une analyse ou une critique. Cet outil permet de savoir ce que les gens en ont dit et, du même coup, aide les étudiants à distinguer une critique d’une analyse. Cet exercice terminé, ils pourront mieux saisir l’impact de ce texte dramatique dans la société québécoise. Pour conclure la phase d’avant lecture, les étudiants lisent, de façon individuelle, les derniers éléments du paratexte : l’introduction de Lise Gauvin[4], la préface de Claire Lejeune[5], les propos sur la mise en scène de Jean-Luc Bastien[6] et l’avant-propos de Denise Boucher[7]. Cela leur permet d’établir des liens avec leur recherche, mais surtout de compléter celle-ci afin de faire une lecture signifiante du texte de Denise Boucher. Si la lecture des éléments du paratexte n’est pas terminée en classe, elle doit être complétée à la maison. Pour la semaine suivante, les élèves devront aussi avoir lu la première moitié de la pièce. Ils sont invités à souligner les passages qui les marquent.

 

Pendant la lecture : cours 3 et 4

 

Cours 3 : Analyse des personnages archétypaux

 

Le troisième cours est encore consacré à la compréhension des conditions de la femme, mais en s’appuyant, cette fois, sur la lecture des Fées ont soif et l’analyse de ses personnages : la Statue, Marie et Madeleine. Bien entendu, cette analyse se fait à la lumière des propos de Jean-Luc Bastien sur la mise en scène. Avant de se lancer dans ce travail, les étudiants placés en dyade échangent sur leurs impressions de lecture, puis, partagent leurs impressions à toute la classe, ce qui donne l’occasion à l’enseignant d’apporter des compléments d’information. Par la suite, la discussion est orientée sur les personnages à partir des questions suivantes :

1)      À la suite de vos lectures sur cette pièce de théâtre et de la lecture de la moitié de cette pièce, que diriez-vous à propos des personnages ?

2)      Dans ses propos sur la mise en scène, Jean-Luc Bastien affirme que « [ces] personnages sont des archétypes[8] ». Selon vous, qu’entend-il par cette assertion ?

Pour compléter ce remue-méninges, les élèves travaillent à l’aide de leurs références, et ce, en équipe de quatre. S’ils considèrent nécessaire d’aller chercher plus d’informations, ils peuvent consulter les autres équipes. Chaque équipe donne ses réponses à l’enseignant et, au tableau, ce dernier note seulement celles de la deuxième question. Cette cueillette de données terminée, l’enseignant confirme ou corrige leurs réponses en ajoutant ses connaissances à propos des personnages. L’enseignant peut ensuite synthétiser cette partie à l’aide d’une présentation PowerPoint où apparaît un tableau dans lequel chaque colonne est représentée par une image de chacun des personnages. Dans chaque colonne, avec les réponses des étudiants et les siennes, l’enseignant définit le rôle de la Statue, de Marie et de Madeleine et ce qu’elles représentent. Par cette activité, les étudiants s’approprient la notion suivante : « l’aliénation féminine est posée comme un postulat et la libération de la femme comme une nécessité[9] ». Après ce cours, les étudiants ont une semaine pour lire le reste des Fées ont soif.

 

OBJECTIF PRINCIPAL 2 : RECONNAÎTRE LE CARACTÈRE DÉNONCIATEUR DE CETTE PIÈCE (LES COURS 4,5 ET 6)

 

Cours 4 : Comparer deux textes de la littérature québécoise

 

L’objectif de ce cours est de montrer aux étudiants que ce texte dramatique sort des sentiers battus. À vrai dire, cette pièce de théâtre tient, dit-on, du baroque postmoderne. Pour ce faire, l’enseignant aborde la question de la structure du texte (y en a-t-il vraiment une ?) versus la mise en scène. En équipe de trois, les étudiants doivent trouver les différences et les ressemblances qui existent entre Les Fées ont soif et un extrait de Ti-coq (1948) de Gratien Gélinas, le texte de ce dernier étant plus traditionnel. Plus clairement, la consigne est celle-ci :

Après avoir étudié leur structure et les indications pour leur mise en scène, relevez les différences et les ressemblances entre les textes suivants : Les Fées ont soif de Denise Boucher et Ti-coq de Gratien Gélinas.

Le fait de comparer deux textes aide les étudiants à voir que la pièce de Denise Boucher est particulièrement audacieuse. Quant à Ti-coq, Gratien Gélinas l’a écrite en suivant un modèle plus traditionnel, étant donné l’époque plus conservatrice dans laquelle il vivait. Après avoir discuté de leurs observations en petit groupe, les équipes de trois se jumellent pour relancer leurs discussions en plus grand groupe. Enfin, chaque équipe, maintenant de six, est invitée à venir à l’avant pour partager ses observations en transcrivant ses résultats dans un tableau destiné à cette fin :

 

Observations

Les Fées ont soif

Ti-coq

Structure du texte

 

 

La mise en scène

 

 

 

L’atelier terminé, l’enseignant valide les bonnes observations à l’aide d’un travail de coopération avec les étudiants. Voici les questions susceptibles d’être posées : Que pensez-vous de cette observation ?, Êtes-vous d’accord ? Pour conclure le cours, les équipes de trois du départ exercent leur esprit créatif en réinventant une partie de la mise en scène des Fées ont soif. De cette manière, ils saisissent l’importance de la structure d’un texte et des éléments de la mise en scène qui viennent supporter le texte.

 

Après la lecture

 

Cours 5 : Analyse d’un extrait de la pièce

 

Maintenant, les étudiants ont à travailler sur le caractère dénonciateur de cette pièce à partir d’un extrait de celle-ci. Chaque équipe de quatre doit répondre à la question qui suit dans le but de dégager les procédés stylistiques propres au ton dénonciateur :

À partir de vos connaissances antérieures sur les procédés stylistiques (figures de style : la comparaison, la répétition, l’exagération ou l’ironie, les niveaux de langage, etc.), relevez dans l’extrait ceux qui, selon vous, dénoncent les conditions de la femme, son aliénation. Expliquez vos choix.

Ils voient donc que dans cette pièce de multiples procédés stylistiques sont mis à profit, par exemple le chœur, la chanson, la répétition, l’enchaînement des courtes répliques, etc. Chaque équipe est invitée à partager oralement l’un des procédés trouvés. De cette manière, l’enseignant peut réagir à chacune des réponses et apporter les nuances ou les informations nécessaires. Afin que l’enseignant puisse vérifier la compréhension par ses élèves du caractère dénonciateur dans Les Fées ont soif, chacun d’entre eux rédige un texte de 150 mots sur un thème qui le choque. Le but étant de critiquer quelque chose qu’ils voudraient changer. En dyade, les étudiants lisent le texte de leur pair afin de trouver des procédés stylistiques qui dénoncent le thème qui a été choisi. L’auteur du texte doit, par la suite, valider ou invalider les réponses de son collègue en apportant des explications.

 

Cours 6 : Visionnement de la représentation originale des Fées ont soif

 

La représentation originale de cette pièce, créée par Denise Boucher en 1978 (97 minutes), permet aux étudiants de rattacher leur travail d’analyse à ce visionnement et ainsi, ils ont le plaisir d’écouter cette pièce en sachant le thème de celle-ci. Un apport visuel me semble approprié pour ancrer les nouvelles connaissances de cette séquence didactique dans leur mémoire à long terme (P. Goulet, 2001), puisque cette activité répète, voire synthétise, d’une autre façon le savoir nouvellement acquis. Pour fermer la boucle, les étudiants rédigent un texte de 300 mots en lien avec cette consigne :

 

Après avoir lu et visionné cette pièce de théâtre, commentez celle-ci en relevant les points forts et les points faibles du texte et de la représentation.

Cette dernière activité exerce leur esprit critique et permet à l’enseignant de vérifier, en partie, leur degré de maîtrise de la compétence « apprécier des textes de la littérature québécoise » ciblé par le ministère de l’Éducation du Québec.



[1] Lise Gauvin dans Les Fées ont soif, p 10.

[2] Michelet dans Les Fées ont soif, p. 37.

[3] Jean Le Moyne dans Les Fées ont soif, p. 7.

[4] Lise Gauvin dans Les Fées ont soif, p. 8-24.

[5] Claire Lejeune dans Les Fées ont soif, p. 25-30.

[6] Jean-Luc Bastien dans Les Fées ont soif, p. 33-34.

[7] Denise Boucher dans Les Fées ont soif, p. 39.

[8] Jean-Luc Bastien dans Les Fées ont soif, p. 33.

[9] André Smith, «Théâtre féminin : Encore 5 minutes et Les Fées ont soif», Voix et Images, hiver 1982.


---
© 2018, Université Laval
Ce texte est protégé par la loi sur les droits d'auteur. Il peut cependant être utilisé à des fins éducatives. Nous vous prions d'en indiquer la source lors d'une éventuelle utilisation.


À propos | Aide | Contactez-nous