Se connecter
 Retour à la page précédente
L'Étranger

Fiche descriptive
Séquence didactique
Annexes
L'Étranger
CAMUS, Albert
Par Marilyn Mainguy Thibodeau


Nationalité de l'auteur : Française
Genre : Roman
Courant : Existentialisme
Siècle : 20e siècle
Groupe d'âge visé : Deuxième cycle secondaire
Auteur de la séquence : Marilyn Mainguy Thibodeau
Date du dépôt : Hiver 2008


JUSTIFICATION DE LA PERTINENCE DE L’OEUVRE CHOISIE

 

Cette séquence didactique sur le roman L’Étranger d’Albert Camus s’adresse à des élèves de quatrième ou de cinquième secondaire. Elle favorise le développement, chez les élèves, des compétences à comprendre et à analyser une œuvre littéraire. Cinq activités permettront aux élèves de réaliser des apprentissages pertinents qui peuvent d'ailleurs être réinvestis dans leurs lectures futures.

 

 

SITUATION-PROBLEME ET OBJECTIFS D’APPRENTISSAGE

 

 

La lecture du roman pose un problème de lecture: la dimension absurde du texte. Un lecteur aura plus de difficultés à comprendre le sens du texte à cause de cela. En fait, la lecture de ce roman peut être ennuyeuse et même paraître banale si aucun travail d’interprétation n’est fait de la part du lecteur.

 


L’objectif de cette séquence est d’amener les élèves à comprendre l’importance d’interpréter un texte. Trois sous-objectifs peuvent être identifiés pour atteindre l’objectif principal avec les élèves :

 

  • faire comprendre aux élèves le rôle que joue la dimension absurde dans le roman;
  • amener les élèves à dégager les caractéristiques psychologiques du personnage principal et à voir le caractère absurde de sa vie;
  • amener l’élève à reconnaître que le texte renferme une critique sociale.

 

 

LA SEQUENCE

 

AVANT LA LECTURE

 

Activité 1 – Contexte sociohistorique et courant de l'absurde

 

La première activité permettra aux élèves de se familiariser avec le contexte sociohistorique de l’œuvre et le courant de l'absurde. Ils ont auront à effectuer une recherche d’informations.

 

Les élèves sont placés en groupe d’experts. Chaque équipe doit traiter un sujet particulier. Les élèves doivent ensuite effectuer des recherches et des lectures sur Internet. Par la suite, chaque groupe présente son travail à toute la classe. Les élèves doivent faire de courtes présentations orales (5 minutes environ). Il est important que l’enseignant complète les exposés oraux pour s’assurer que les élèves disposent de tous les éléments nécessaires à la compréhension des sujets. Durée : 3 périodes (recherches et présentations orales)

 

Sujets pour la recherche (et pistes pour les recherches complémentaires de l’enseignant) :

  • Seconde Guerre mondiale (l’origine du courant absurde y est liée);
  • La montée des régimes totalitaires (fascisme et nazisme);
  • Exécution d’Eugène Weidmann en 1937 (le dernier homme guillotiné en public à Paris a influencé Camus);
  • Le communisme (le rapport de Camus avec le communisme) ;
  • L’existentialisme (dans L’Étranger, certains thèmes existentialistes sont présents tels que la responsabilité de l’homme et la liberté);
  • L’absurde de fond et de forme en littérature (des auteurs tels que Jean-Paul Sartre, Eugène Ionesco ou Samuel Beckett, des thèmes absurdes tels que la révolte, le suicide, la mort) ;
  • Albert Camus (sa vie et son œuvre).

 

 

Activité 2 – Reconnaître l'absurde dans un extrait de roman

 

Après avoir abordé le courant absurde et le contexte sociohistorique de l’œuvre, il appert maintenant essentiel de faire lire aux élèves un extrait d’une œuvre dans le but de leur permettre d’y reconnaître l’absurdité. L’extrait choisi est le chapitre XIII du Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry. Le chapitre présente un personnage absurde, un businessman qui passe sa vie à compter les étoiles. L’enseignant prévoit des questions qui mettent les élèves sur la piste du caractère absurde de la vie du personnage.

 

L’enseignant commence par une lecture à voix haute du chapitre XIII du Petit Prince. Il remet ensuite la copie du chapitre ainsi qu’un questionnaire à tous les élèves. Après avoir répondu seuls aux questions, les élèves se placent en équipes pour discuter, enrichir et commenter les idées des autres et valider leurs réponses personnelles. Durée : 1 période.

 

Questions pertinentes pour le questionnement conditionnel :

  • Que se passe-t-il dans le chapitre?
  • Pourquoi le petit prince pose-t-il tant de questions au businessman?
  • Pourquoi le petit prince a-t-il tant de difficultés à comprendre l’utilité du travail et le sens de la vie du businessman? Qu’est-ce qui caractérise son travail et sa vie?
  • Que révèle l’incompréhension du petit prince?
  • Quel est le message contenu dans le chapitre?
  • Peut-on dire que ce chapitre est absurde? Pourquoi?
  •  

     

PENDANT LA LECTURE

 

Activité 3 – Journal de lecture et mini-leçons

 

La troisième activité consiste en l’écriture d’un journal de lecture par l’élève. Un journal dialogué entre l’élève et l’enseignant comporte de nombreux avantages. C’est un dialogue écrit entre l’élève (son engagement, sa compréhension et son interprétation du roman) et l’enseignant (commentaires personnalisés qui encouragent l’élève et qui le guident dans son interprétation). L’enseignant pourra élaborer des mini-leçons qui permettront aux élèves de cheminer dans la compréhension et l’interprétation de l’œuvre. Les pistes de réflexion soumises par l’enseignant permettent d’" amener le correspondant [l’élève] à s’interroger de façon explicite sur des points précis "(Lebrun, 1996, p.275). De cette façon, cette activité sert à atteindre les sous-objectifs de la séquence, énoncés ci-dessus.

 

Pour une efficacité maximale du journal dialogué, il appert nécessaire d’accorder du temps en classe pour sa rédaction (par semaine, au moins deux périodes d’écriture de 30 minutes).

 

Pistes proposées pour les mini-leçons:

 

1. Modelage : L’enseignant lit un extrait de L’Étranger, après s’être assuré que les élèves l’ont tous lu. La lecture du chapitre V (première partie du roman) est particulièrement pertinente. Ce chapitre permet d’attirer l’attention des élèves sur le caractère absurde de la vie du personnage principal, Meursault. Lors de la lecture, l’enseignant peut poser des questions à voix haute, y répondre et ensuite en discuter avec la classe.

 

Exemples de questions :

  • Quelle est l’opinion du patron envers son employé?
  • Quelles sont les deux expressions que Meursault emploie avec son patron et avec Marie?
  • Pourquoi accepte-t-il la promotion et le mariage même si cela lui est égal?
  • Meursault est-il indifférent à l’argent, à l’action, à l’ambition et à l’amour?

 

2. Questions permettant une inférence de la part des élèves :

 

Psychologie du personnage principal :

  • Quels sont les désirs de Meursault? Quels sont ses besoins?
  • L'attitude de Meursault est-elle positive? négative? ni l'une ni l'autre?
  • A-t-on l’impression que c’est Meursault qui décide et qui agit? Est-il actif ou passif?
  • Meursault a-t-il des valeurs? Si oui, quelles sont-elles? Sinon, comment peut-on l’affirmer?

 

Thèmes :

  • Comment aborde-t-on la religion, la justice, la révolte, la mort, l’amour et la solitude (principaux thèmes de l’œuvre)?

 

Critique sociale :

  • Dans le traitement des thèmes, peut-on retrouver une critique sociale?
  • Dans les propos de Meursault (deuxième partie de L’Étranger), relevez les passages qui témoignent d’une critique envers la religion, la justice et la peine de mort.

 

Question synthèse : Pourquoi peut-on affirmer que Meursault n’accepte pas de " jouer le jeu "? Par exemple, l’élève peut élaborer sa pensée par rapport au fait que Meursault n’utilise pas les solutions ou les trucs mis à sa disposition par la société pour éviter d’être condamné à mort.

 

Engagement de l’élève :

  • Que pensez-vous de Meursault et de son existence?
  • Comment réagiriez-vous si vous receviez une promotion ou une demande en mariage, si on vous arrêtait ou encore si votre mère mourait?
  •  

     

APRES LA LECTURE

 

Activité 4 – Le style

 

Cette activité est préalable à l’activité 5. Lors d’un enseignement magistral, l’enseignant souligne les principales caractéristiques de l’écriture du roman : la narration au " je ", le style particulier d’écriture de Camus et l’utilisation de courtes phrases simples. Avec les informations que donne l’enseignant sur l’écriture de L’Étranger, les élèves doivent voir que

 

[…] c’est Meursault qui parle, et la façon dont il traduit ses impressions ou les événements dont il a été le témoin leur donne un sens à l’intérieur de la fiction. En évoquant par de petites phrases courtes, que ne relie le plus souvent aucun rapport de cause ou de conséquence, les faits apparemment les plus anodins et les plus importants, Meursault paraît dénoncer comme de simples préjugés les points de vue différents que nous en avons ordinairement. Son style exprime que pour lui, il n’existe pas de petit problème; son observation des détails (les vis du cercueil) ou sa manière de peser en toutes choses le pour et le contre (dans un sens… dans un autre…) révèlent un esprit scrupuleux et observateur. (Rey, 1970, p.54)

 

Durée : la moitié d’une période

 

 

Activité 5 – Écriture créative

 

Les élèves sont amenés à réinvestir leurs apprentissages et à mettre à profit leur interprétation du roman dans la réalisation d’une situation d’écriture créative. Pour cette activité, les élèves devront utiliser les principales caractéristiques du style d’écriture de Camus et élaborer un texte d’opinion qui reprend la critique sociale contenue dans L’Étranger. Puisque Meursault passe de l’indifférence à la révolte à la fin du roman, alors qu’il attend son exécution, il serait intéressant que les élèves écrivent un texte d’opinion qui permet à ce dernier d’exprimer sa révolte et son point de vue dans le journal local. Durée : 4 périodes.

 

Consigne : Individuellement, vous devez écrire un texte d’opinion qui sera publié dans un journal local d’Alger et qui traite d’une facette de la société qui a été critiquée dans L’Étranger. Vous pouvez écrire, par exemple, sur la religion, le système judiciaire, la liberté ou la peine de mort. Pour écrire le texte, vous devez vous imaginer dans la peau de Meursault alors qu’il attend son exécution. Il est important d’écrire de façon à imiter le style d’écriture de Camus.

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

 

CAMUS, Albert, L’Étranger, Paris, Gallimard, 1942, 186 p.

 

LEBRUN, Monique, " Un outil d’appropriation du texte littéraire : le journal dialogué ", dans Pour une lecture littéraire II. Actes du colloque de Louvaine-la-neuve (3-5 mai 1995), Bruxelles, De Boek-Duculot, 1996, p.272-281.

 

 

MAILLARD, Michel, Camus, Paris, Nathan, 1993, 127 p.

 

 

REY, Pierre-Louis, L’Étranger Camus, Hatier, Paris, 1970, 64 p.

 

 

SAINT-EXUPÉRY, Antoine de, Le Petit Prince, Paris, Gallimard, 1946, 95 p.


---
© 2021, Université Laval
Ce texte est protégé par la loi sur les droits d'auteur. Il peut cependant être utilisé à des fins éducatives. Nous vous prions d'en indiquer la source lors d'une éventuelle utilisation.


À propos | Aide | Contactez-nous