Se connecter
 Retour à la page précédente
Les Fables de Jean de La Fontaine

Fiche descriptive
Séquence didactique
Annexes
Les Fables de Jean de La Fontaine
LA FONTAINE, Jean
Par Catherine Fournier et Sandra Tapp


Nationalité de l'auteur : Française
Genre : Autres
Courant : Classicisme
Siècle : 17e siècle
Groupe d'âge visé : Premier cycle secondaire
Auteur de la séquence : Catherine Fournier et Sandra Tapp
Date du dépôt : Hiver 2009


 

 Justification de l'oeuvre

 

Cette séquence s’adresse essentiellement aux élèves du premier cycle du secondaire. Elle est basée sur le premier livre des fables de Jean de Lafontaine, car les fables les plus connues se retrouvent dans ce volume. Il est particulièrement intéressant de les travailler parce qu’elles font partie du répertoire littéraire desélèves. Nous voulons que les jeunes découvrent les critiques sociales faites au XVIIe siècle par La Fontaine, développant ainsi leur pensée critique. Grâce au travail qui sera fait tout au long de la séquence, les élèves devraient être en mesure d’élaborer une critique sociale de notre époque sous la forme d’une fable.

 

Problèmes à résoudre

 

 Pour être capables d’accéder à un second niveau de lecture et découvrir le sens caché des fables, les élèves doivent acquérir des connaissances sur la vie des gens au XVIIe siècle. D’un autre côté, le niveau de langue pose problème en ce sens qu’on retrouve un vocabulaire qui renvoie à des réalités datant du XVIIe siècle. De plus, la syntaxe doit être travaillée à cause des tournures de phrases particulières. Finalement, le genre doit être abordé, car sa compréhension permettra aux jeunes de composer leur propre critique sociale.

 

LA SÉQUENCE

 

AVANT LA LECTURE

 

Activité 1- Recherche dirigée

 

Cette première activité a pour but d’amener les élèves à saisir le contexte historique du XVIIe siècle et à découvrir Jean de La Fontaine. Pour ce faire, nous proposons aux élèves d’effectuer une recherche sur ces deux sujets. Pour les guider dans leur exploration de l’univers de La Fontaine, l’enseignant suggère divers thèmes[1] sur lesquels différentes équipes travailleront :

 

  • Biographie de l’auteur;
  • Bibliographie de l’auteur;
  • Évènements marquants du XVIIe siècle (culturels, sociaux…);
  • Société, mœurs, valeurs, occupations;
  • Courants littéraires, auteurs contemporains à Lafontaine;
  • Langue, instruction.

 

Une fois cette recherche terminée, l’enseignant forme des comités d’experts. À partir de ces échanges, chaque comité d’experts se constitue un ouvrage de référence contenant tous les résultats de leurs recherches.

 

Activité 2 - Familiarisation avec le langage et la syntaxe 

 

La deuxième activité permet aux élèves de se familiariser avec le langage particulier et la syntaxe peu commune présents dans les fables du XVIIe siècle. Il importe donc de travailler le niveau de langue avant la lecture du recueil afin de bien cerner les propos et, ainsi, être capable de faire un travail d’analyse, éventuellement. D’autre part, la syntaxe particulière, soit les phrases inversées, peut également poser un problème de compréhension.

 

Dans cette activité, l’enseignant remet à tous ses élèves une fable de Jean de La Fontaine, Le Cheval et l’Âne[2], et en fait la lecture à haute voix. Après chaque vers, l’enseignant leur demande s’il y a des mots qu’ils ont trouvé difficiles à comprendre et s’ils ont bien cerné les propos de chacune des phrases, malgré la complexité de la syntaxe. Il leur propose ensuite une stratégie de lecture consistant à se référer au contexte pour comprendre le sens des mots avant d’aller les chercher dans le dictionnaire. S’ils n’y parviennent pas, l’enseignant demande aux jeunes de se référer au dictionnaire.

 

Une fois ces recherches dans le dictionnaire effectuées, l’enseignant fait travailler la structure des phrases aux élèves en leur demandant de traduire chaque vers de la fable en français contemporain et en « syntaxe courante ». Pour ce faire, les jeunes doivent délimiter les phrases syntaxiques et trouver le sujet et le prédicat de chacune d’entre elles.

 

Activité 3 - Réinvestissement des apprentissages

 

La troisième activité a pour objectif d’amener les élèves à appliquer les stratégies de lecture, nouvellement apprises, dans la fable Le Renard et la Cigogne[3]. Pour ce faire, l’enseignant demande aux élèves de lire la fable, de repérer les mots difficiles, de les décrire à partir des stratégies, de traduire chaque vers en français contemporain et en « syntaxe courante » et finalement, de résumer l’histoire racontée dans la fable, en quelques phrases. Lors du retour sur l’activité, l’enseignant anime une discussion portant sur le travail effectué par les élèves.

 

Exemple de questions lors de la discussion :

  1. Quels mots avez-vous trouvé difficiles? (un vers à la fois)
  2. Comment avez-vous réussi, en premier lieu, à trouver leur signification? À partir du contexte ou du dictionnaire?
  3. En trouvant le mot dans le dictionnaire, avez-vous remarqué plusieurs définitions? Si oui, comment avez-vous trouvé celle qui correspondait au contexte du texte?

 

Lors de cette même discussion, l’enseignant demande également à quelques élèves de lire leur traduction à voix haute. Il fait ainsi remarquer à l’ensemble de la classe qu’il y a plusieurs façons de traduire un texte, mais, que ce qui importe, c’est de conserver le même sens.

 

Activité 4 - Découverte du genre

 

Les élèves peuvent maintenant s’approprier les caractéristiques d’un nouveau genre de texte : la fable. Pour ce faire, les jeunes doivent relever les caractéristiques du genre en comparant deux fables de La Fontaine, Le Cheval et l’Âne et Le Renard et la Cigogne et un conte de Perrault, Le Petit Poucet[4]. Comme les élèves ne sont qu’au premier cycle du secondaire, l’enseignant doit leur fournir une fiche critériée[5] contenant les caractéristiques de la fable et du conte[6]. Les élèves utilisent la grille en cochant la bonne case lorsqu’ils retrouvent une caractéristique du texte travaillé et justifient leurs choix à l’aide d’extraits. Cette activité leur permet d’établir les particularités de la fable. L’enseignant anime ensuite une discussion permettant aux élèves de bien distinguer les deux genres présentés. À l’aide des réponses cochées précédemment, l’enseignant amène les élèves à voir qu’il s’agit de fables, mais qu’effectivement, ce genre partage certaines caractéristiques le conte. Il les incite également à réfléchir sur le choix des animaux dans les fables.

 

Activité 5 - La morale

 

Par le biais de cette cinquième activité, les élèves découvrent alors que la morale est en fait une critique sociale de cette époque. Pour les amener à développer leur pensée critique, l’enseignant fait une analyse de la morale contenue dans Le Renard et la Cigogne[7] avec l’aide des élèves. Après cette activité, les jeunes doivent réaliser, en équipe, une analyse de la morale de la fable Le Cheval et l’Âne que l’enseignant corrigera en plénière. Il aide donc les élèves à expliciter les liens entre l’époque et la morale[8].

 

Exemple d’analyse possible de la morale de la fable Le renard et la cigogne :

 

  • La morale : Trompeurs, c’est pour vous que j’écris :

                               Attendez-vous à la pareille. (l. 27-28)

  • Explications dans nos mots : Si l’on décide de faire un coup pendable à quelqu’un, il faut s’attendre à recevoir un coup semblable de cette personne[9].
  • Critique sociale de La Fontaine[10] : La Fontaine dénonce l’attitude hypocrite des courtisans à la Cour de Louis XIV, qui sont prêts à tout pour être dans les bonnes grâces du roi. À cette époque, les gens se battaient entre eux pour avoir droit aux places disponibles auprès du roi. Ils paraissaient bien s’entendre à ses yeux, mais en fait, faisaient tout pour ridiculiser l’autre pour valoriser sa propre personne. Ce jeu se jouait donc à deux. Dans cette fable, les deux animaux, partageant des caractéristiques physiques différentes, font semblant de s’apprécier en s’invitant à souper, mais n’hésitent pas à se tromper mutuellement.
  • Lien avec la société d’aujourd’hui : Comme nous vivons dans une société individualiste, où seuls nos propres intérêts comptent, nous n’hésitons pas à nous venger si une personne ose nous faire outrage. Il faut s’attendre à être traité de la même façon que nous traitons les autres.

 

PENDANT LA LECTURE

 

Activité 6 - Le journal de lecture 

 

Les élèves tiennent un journal de lecture[11] où ils inscrivent leurs impressions, leurs difficultés et leur étonnement. Chaque élève est amené à lire les commentaires faits par les autres et à répondre à leurs interrogations, s’il y a lieu. Les jeunes doivent également faire ressortir la morale de chaque fable et l’expliquer dans leurs mots. Pour ce faire, l’enseignant fournit trois questions aux élèves pour qu’ils élaborent leurs commentaires :

 

  • Qu’avez-vous le plus aimé ou le plus détesté dans la fable?
  • Avez-vous éprouvé des difficultés? Lesquelles?
  • Que retenez-vous de la lecture de cette fable? (morale)

 

 

APRÈS LA LECTURE

 

Activité 7 - Analyse

 

Lors de cette activité, les élèves doivent, en équipes, choisir une fable et en faire l’analyse selon des consignes précises fournies par l’enseignant. Ils peuvent s’inspirer de l’analyse faite dans l’activité 5.

 

Consignes à respecter pour l’analyse :

  • 1- Annoncez la fable choisie et la (les) raison (s) pour laquelle vous l’avez sélectionnée.
  • 2- Démontrez qu’il s’agit bel et bien d’une fable avec des caractéristiques du genre tirées du texte.
  • 3- Rappelez l’histoire de la fable dans vos mots.
  • 4- Expliquez la morale dans vos mots et établissez un lien avec le XVIIe siècle. Il vous faut donc dégager une critique sociale. Pour ce faire, référez-vous à l’aide-mémoire portant sur le contexte.
  • 5- Expliquez en quoi cette morale peut être encore d’actualité en comparant les personnages animaux à des gens que vous connaissez.

 

Activité 8 - Écriture d'une fable

 

Les élèves doivent finalement élaborer une fable, contenant une critique de la société actuelle et respecter les caractéristiques du genre. Pour ce faire, l’enseignant leur présente cinq caricatures[12] différentes pour leur donner des idées de « problèmes sociaux ». Voici les consignes d’écriture données aux élèves;

 

  • - Vous devez rédiger une fable, respectant toutes les caractéristiques du genre, comprenant au minimum 15 vers.

 

A) Vous devez donc choisir une critique sociale que vous voulez émettre en vous inspirant des caricatures présentées en classe.

B) Ensuite, vous devez inventer une histoire mettant en scène des animaux où la morale devra rendre compte de votre critique.

C) Référez-vous à la fiche critériée pour vous autoévaluer.

 

Conclusion

 

En amenant les élèves à dégager un nouveau sens à leur lecture, nous leur permettons de se dépasser, de prendre de la distance par rapport aux fables pour que leur conscience se développe[13].


[1] Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive, les enseignants peuvent très bien choisir d’aborder d’autres thèmes.

[2] « À la découverte de Jean de Lafontaine » [En ligne] http://www.lafontaine.net/nouveau-site/ (Page consultée le 3 avril 2009)

[3] Jean De La Fontaine, « Fables », Paris, Flammarion, 1995, p. 91.

[4] Nous croyons pertinent de prendre un conte que les élèves connaissent déjà, Le petit Poucet, de Charles Perrault, car ils pourront ainsi se concentrer sur la recherche des caractéristiques. C’est également une opportunité de leur faire découvrir le véritable auteur de ce conte, soit Charles Perrault. [En ligne] www. contemania.com (Page consultée le 2 avril 2009).

[5] Les élèves doivent avoir des connaissances de base sur la poésie (versification et rimes) et le conte merveilleux (travaillé dans une séquence antérieure).

[6] L’enseignant doit élaborer un tableau contenant les caractéristiques de la fable et du conte.

[7] L’analyse se retrouve à la page suivante.

[8] Il peut y avoir plus d’un lien possible entre la morale et le contexte historique. Notre but est que les élèves soient capables d’en identifier un.

[9] Il y a plusieurs façons d’expliquer la morale, l’important, c’est de conserver le même sens.

[10] Notre critique s’inspire d’une analyse littéraire tirée du site : http://www.bacdefrancais.net/courlion.php.

[11] Marlène Lebrun et Christine Coulet, « Favoriser un rapport critique à la lecture/écriture littéraire en constituant la classe comme une communauté active de lecteurs et d’auteurs». Enjeux. 57. 100-114.

[12] Les journaux sont une excellente source de documentation.

[13] Denis Simard, « Comment penser aujourd’hui la nature et le rôle de l’école à l’égard de la formation culturelle des élèves ? », Dans D.Simard et M. Mellouki (dir).L’enseignement : profession intellectuelle. Québec : PUL, 2004.  p. I-4.


---
© 2021, Université Laval
Ce texte est protégé par la loi sur les droits d'auteur. Il peut cependant être utilisé à des fins éducatives. Nous vous prions d'en indiquer la source lors d'une éventuelle utilisation.


À propos | Aide | Contactez-nous