Se connecter
 Retour à la page précédente
Apparition, La morte, La nuit, Lui?

Fiche descriptive
Séquence didactique
Annexes
Apparition, La morte, La nuit, Lui?
MAUPASSANT, Guy
Par Line Prévost-Levac


Nationalité de l'auteur : Française
Genre : Contes et récits
Courant : Fantastique
Siècle : 19e siècle
Groupe d'âge visé : Collégial
Auteur de la séquence : Line Prévost-Levac
Date du dépôt : Hiver 2009


 

 

 

Justification des contes

 

Nous croyons que ces quatre contes fantastiques pourraient rejoindre l'intérêt de plusieurs étudiants; en effet, le courant fantastique jouit, de nos jours, tant auprès des adolescents que des jeunes adultes, d'une très grande popularité. Bien sûr, les lecteurs de fantastique confondent souvent ce genre à la fantasy; ainsi, ceux-ci ont tendance à incorporer dans le fantastique toutes les œuvres présentant un tant soit peu de surnaturel. Avec l'étude des quatre contes de Maupassant, il serait intéressant de montrer aux étudiants que le fantastique n'est pas apparu avec la parution du Seigneur des Anneaux2, mais qu'il constitue un courant littéraire dont l'origine remonte au début du XIXe siècle et dont les caractéristiques sont très différentes de la fantasy.

 

Les contes que nous souhaitons faire analyser aux élèves n'ont pas eu une très grande importance dans l'histoire littéraire du XIXe siècle. Toutefois, c'est justement cette méconnaissance de ces contes qui nous incite à mettre ceux-ci au programme. Les étudiants abordent trop souvent le fantastique par le biais du conte «Le Horla»; nous croyons qu'il serait plus original — et tout aussi pertinent — de leur faire découvrir ce courant littéraire par des contes moins connus de Maupassant. Par ailleurs, le fantastique de Maupassant a l’avantage d’être très typé, c'est-à-dire que les caractéristiques du courant littéraire sont facilement identifiables dans les contes de cet auteur.

 

Identification du problème et justification de la séquence

 

Dans cette séquence didactique consacrée à Maupassant, nous souhaiterions aborder deux problèmes avec les étudiants: «comment les caractéristiques du fantastique sont-elles exploitées dans les contes de Maupassant?» et «comment les thèmes fantastiques utilisés par Maupassant sont-ils reliés entre eux et à d'autres thèmes dans ses contes?». Avec ces deux problèmes, nous partirions d'un intérêt pour le fantastique, intérêt partagé par plusieurs étudiants, pour faire apprendre à ceux-ci les caractéristiques du genre qu'ils semblent tant apprécier. Toutefois, nous irions beaucoup plus loin que la simple présentation de ces caractéristiques; en effet, nous ferions en sorte que les élèves apprennent comment un genre et ses particularités peuvent être exploités par un auteur et peuvent ainsi témoigner du style de celui-ci. L'objectif de cette séquence serait que les étudiants parviennent à développer une pensée structurée, c'est-à-dire qu'ils arrivent à comprendre les liens pouvant unir des thèmes à des caractéristiques du fantastique ou à des procédés stylistiques.

 

LA SÉQUENCE

 

AVANT LA LECTURE

 

Activité 1- 

 

L'objectif de la première activité serait de s'assurer que les étudiants connaissent les caractéristiques générales du courant fantastique; pour ce faire, nous croyons qu'il serait essentiel que les étudiants sachent les différences pouvant exister entre le fantastique et la fantasy. Pour s'assurer que les élèves soient en mesure de se représenter les caractéristiques générales propres à chaque courant, nous leur ferions visionner deux extraits de films: d'abord, les cinq premières minutes du Seigneur des Anneaux et ensuite, les dix premières minutes du film The Shining3. Dans l'extrait du Seigneur des Anneaux, les étudiants verraient la chronique de la première guerre contre Sauron. L'extrait du film The Shining montrerait, quant à lui, l'entrevue de Jack, le personnage principal, et se terminerait avec la vision de Danny4, le fils de Jack. Une fois que les étudiants auraient visionné ces deux extraits, nous mettrions en place une plénière où l'ensemble du groupe serait invité à discuter des caractéristiques propres à chaque extrait de film. Nous diviserions le tableau de la classe en deux colonnes, une pour chaque film, et nous y inscririons les caractéristiques retenues par l'ensemble du groupe. Nous voulons que les étudiants comprennent que dans une œuvre fantastique, «on reste dans notre monde, mais il y a un basculement du réel dans l'irrationnel5» et que dans une œuvre appartenant à la fantasy, «on est projeté dans un autre monde; l'irrationnel est perçu comme allant de soi, [tant] par le lecteur [que par] les personnages6.» Le rôle du professeur serait d'orienter — et non de dominer — la discussion en posant des questions comme celles-ci aux élèves: «Lorsque vous avez vu la vision de Danny à la fin de l'extrait de The Shining, avez-vous été surpris?» et «Avez-vous ressenti le même étonnement en regardant l'extrait du Seigneur des Anneaux?». Une fois que toutes les caractéristiques générales des deux courants auraient été trouvées, nous demanderions à chaque étudiant de trouver un exemple d'œuvre7 appartenant à la fantasy ou au fantastique. Chaque élève devrait justifier son choix en expliquant pourquoi il placerait son œuvre dans l'un des deux courants.

 

Activité 2 -

 

L'objectif de cette activité serait de faire connaître aux étudiants les caractéristiques spécifiques du fantastique. Nous croyons qu'il est possible de laisser les étudiants trouver par eux-mêmes les particularités du fantastique en leur faisant lire un extrait du conte Le pied de momie de Théophile Gautier. Cet extrait que nous avons choisi a l'avantage de renfermer beaucoup de caractéristiques du fantastique et ce, en seulement deux pages8. Les élèves devraient donc lire l'extrait en équipe de quatre personnes et tâcher de trouver des éléments du texte qu'ils jugent pertinents par rapport au fantastique. Nous fournirions à chaque étudiant une feuille sur laquelle serait dessiné un tableau vide dans lequel ils pourraient inscrire les idées du fantastique, de même que les thèmes, la structure et les procédés stylistiques de celui-ci. Après ce travail d'analyse, chaque équipe devrait mettre en commun ses trouvailles avec toute la classe. Les caractéristiques retenues par l'ensemble des étudiants — et que nous jugerions pertinentes — seraient alors inscrites dans le tableau que possèderait chaque élève. Bien sûr, à la fin de cette activité, nous devrions mentionner aux élèves les caractéristiques qu'ils n'auraient pas été en mesure de trouver dans l'extrait du Pied de momie, de même que les particularités du fantastique qui n'étaient tout simplement pas présentes dans le conte de Gautier.

 

PENDANT LA LECTURE

 

Activité 3 - 

 

La troisième activité de cette séquence se déroulerait en trois étapes: premièrement, nous effectuerions la lecture du conte «La Nuit» de Guy de Maupassant. Le conte serait lu à voix haute par certains élèves et nous interviendrions à certains moments pour montrer aux étudiants les événements de l'histoire correspondant au début, au développement et à la fin du conte. Ce faisant, nous voulons que les élèves apprennent la structure type des contes fantastiques9. Dans la deuxième étape de cette activité, les étudiants devraient lire les trois autres contes à la maison en portant attention à la progression des événements fantastiques dans les récits de Maupassant. Il s'agirait d'un moyen pour guider la lecture des étudiants et pour s'assurer qu'ils aient un aperçu des événements des contes. Finalement, dans la troisième étape de ce travail, les élèves seraient placés en équipe de cinq ou six personnes. Une équipe serait responsable de faire ressortir les événements essentiels du début et de la fin d'un conte, alors qu'une autre équipe aurait la même tâche, mais pour le développement du conte. Il y aurait donc six équipes de travail, deux pour chaque conte. Les équipes devraient remplir un tableau que nous leur aurions fourni en y inscrivant, en leurs mots, les événements de la partie du conte dont elles sont responsables. Après ce travail d'équipe, il y aurait, bien sûr, une mise en commun avec toute la classe pour que toutes les équipes puissent profiter des réponses des autres. Avec cette mise en commun, les élèves connaîtraient la structure de chaque conte, ce qui faciliterait leur étude en profondeur des récits lors de l'activité suivante.

 

APRÈS LA LECTURE

 

Activité 4 -

 

Pour la quatrième activité, les étudiants devraient répondre à une série de questions, d'abord sur les contes «La Nuit» et «La Morte» et ensuite, sur les contes «Lui?» et «Apparition». L'activité, qui se déroulerait pendant deux cours, aurait pour objectif de faire connaître aux élèves les thèmes et les procédés fantastiques propres à Maupassant. En effet, Maupassant ne reprend pas dans ses contes toutes les caractéristiques du fantastique: il a ses thèmes privilégiés, comme la folie, et ses procédés d'écriture, comme l'utilisation des points d'exclamation, des points d'interrogation et des points de suspension, procédés qui sont souvent reliés à ses thèmes fantastiques. Cette activité permettrait aux élèves de connaître les thèmes et les procédés du fantastique de Maupassant, mais aussi et surtout, de comprendre comment ceux-ci sont reliés entre eux. Il ne s'agit pas de simplement demander aux étudiants s'ils sont en mesure de trouver un procédé stylistique souvent utilisé par Maupassant, comme par exemple la comparaison, mais de les faire s'interroger sur la signification de celle-ci dans le texte et sur son lien avec un thème de Maupassant. Les étudiants travailleraient donc en équipe de deux pendant la moitié des deux cours consacrés à cette activité, puis ils seraient invités à partager leurs réponses avec le reste de la classe. Cette analyse constituerait un bon débroussaillement de l'œuvre, débroussaillement pouvant aider les élèves dans la rédaction de leur analyse sommative.

Activité 5 -

 

Pour la cinquième activité de la séquence, nous ferions corriger aux élèves un paragraphe d'analyse littéraire que nous aurions rédigé à partir de la consigne suivante: «Analysez les émotions engendrées par les manifestations du surnaturel dans le conte «La Nuit» de Guy de Maupassant.» En fait, ce paragraphe constituerait un contre-exemple où chaque étape du développement d'une analyse littéraire comporterait des lacunes. Les étudiants devraient trouver ces lacunes et être en mesure de les expliquer par écrit. Par exemple, ils devraient être capables de se rendre compte que notre idée illustrée dans ce paragraphe est dépourvue de mise en contexte, c'est-à-dire, qu'il n'est pas précisé où et quand elle est située dans le conte «La Nuit» et que la citation en elle-même n'est pas pertinente puisqu'elle n'est aucunement reliée à l'idée énoncée du paragraphe. Cette activité constituerait une bonne pratique pour l'analyse sommative, car, d'une part, elle effectuerait un rappel des étapes du paragraphe, de leur utilité et de leurs caractéristiques, et d'autre part, elle constituerait un rappel des thèmes fantastiques privilégiés par Maupassant.

 

Activité 6

 

La dernière activité de cette séquence consisterait en la rédaction d'une analyse littéraire complète rédigée en trois cours de deux heures. Cette analyse compterait pour 30 % de la note finale et devrait contenir 700 mots. Lors de leur rédaction, les étudiants auraient le choix entre deux sujets d'analyse, à savoir: «analysez le thème de la peur dans les contes «Lui?», «La Morte» et «Apparition» de Guy de Maupassant» ou «analysez les effets engendrés par les manifestations du surnaturel dans le conte «Lui?» de Guy de Maupassant ». Ces deux consignes rejoindraient directement les deux problèmes mis en place dans cette séquence; en effet, dans la première consigne, l'étudiant doit analyser comment un thème important du fantastique de Maupassant, la peur, est relié à d'autres thèmes dans trois de ses contes fantastiques. Dans la seconde consigne, l'étudiant doit analyser les effets provoqués par les manifestations du surnaturel; or, ces effets sont des caractéristiques du fantastique privilégiées par Maupassant, caractéristiques comme le doute, la folie, l'insistance sur un état second...

 

1. Le mode conditionnel sera utilisé tout au long de cette séquence, même si celle-ci a véritablement été réalisée en classe. Il faut dire que beaucoup d'activités de cette séquence ont été modifiées depuis nos prises en charge.

2. Il s'agit malheureusement d'une erreur fréquente de la part des étudiants: ils associent l'œuvre de Tolkien au fantastique et ils croient qu'elle est à l'origine de ce courant littéraire.

3. The Shining est un film fantastique inspiré du livre du même nom de Stephen King. Il est sorti en salle en 1980.

4. Cette vision est un aperçu des événements qui surviennent plus tard dans le film. On y voit notamment un torrent de sang s'écouler des ascenseurs du hall d'entrée de l'hôtel. Il est important de préciser qu'il s'agit du premier événement fantastique du film: avant cette vision, toutes les actions sont rigoureusement réalistes.

5. Annick Duchatel, «Il était une fois... la fantasy» dans Entre les lignes, vol. 5, n. 1 (automne 2008), p. 21.

6. Id.

7. Cette œuvre pourrait être cinématographique, télévisuelle ou littéraire.

8. Ainsi, parmi les caractéristiques qu'on y retrouve, il y a le fait que le récit est écrit à la première personne, il y a une progression des événements fantastiques, il y a beaucoup de comparaisons, de métaphores et de personnifications — toutes rattachées à des thèmes fantastiques — et le narrateur ressent de la peur, mais aussi du doute devant les manifestations surnaturelles.

9. Les contes fantastiques sont souvent construits avec un début réaliste où l'auteur cherche à convaincre son lecteur de la véracité des faits, notamment en écrivant à la première personne du singulier et en effectuant une longue description des lieux dans lesquels se déroule l'histoire, un développement commençant par la première manifestation surnaturelle et montrant une progression des événements fantastiques, et une fin abrupte et dépourvue d'explication.

 


---
© 2022, Université Laval
Ce texte est protégé par la loi sur les droits d'auteur. Il peut cependant être utilisé à des fins éducatives. Nous vous prions d'en indiquer la source lors d'une éventuelle utilisation.


À propos | Aide | Contactez-nous