Se connecter
 Retour à la page précédente
Un obus dans le coeur

Fiche descriptive
Séquence didactique
Annexes
Un obus dans le coeur
Mouawad, Wajdi
Par Caroline Nappert


Nationalité de l'auteur : Autres
Genre : Littérature de jeunesse
Courant :
Siècle :
Groupe d'âge visé : Deuxième cycle secondaire
Auteur de la séquence : Caroline Nappert
Date du dépôt : Hiver 2011


 

Justification du choix de l’œuvre 

La présente séquence didactique s’adresse aux élèves de troisième secondaire. Elle est élaborée autour de l’œuvre Un obus dans le cœur[1] de Wajdi Mouawad, un dramaturge québécois d’origine libanaise. D’abord, nous avons choisi ce roman puisque nous croyons que les élèves seront en mesure d’apprécier le texte et le style d’écriture particulier qui y est adopté, et qu'ils se sentiront interpelés par le point de vue adolescent proposé par l’œuvre. De plus, la qualité du roman repose sur le fait qu’il est à la fois bref et dense : le personnage est riche, les thèmes sont complexes (la guerre, le cancer, la mort, la filiation) et la structure narrative est non linéaire. En outre, cette séquence didactique permet d’initier les élèves à l’œuvre complexe de Wajdi Mouawad, une figure montante du jeune théâtre québécois et international[2]. 

 

Problèmes de lecture 

Le roman de Mouawad est à la portée des élèves, puisqu’il est bref et qu’un registre de langue courant y est employé. Néanmoins, il pose quelques problèmes de lecture que cette séquence tentera d’aider les élèves à résoudre : 

- comprendre le contexte sociohistorique dans lequel le personnage principal a grandi; 

- voir les liens entre la vie de l’auteur et celle du personnage principal; 

- comprendre la quête identitaire du personnage principal. 

 

Cette séquence didactique est construite en trois phases (avant, pendant et après la lecture), à l’intérieur desquelles une série d’activités mèneront à la compréhension, à l’interprétation et à la résolution des problèmes de lecture nommés précédemment.

  

AVANT LA LECTURE

  

 

Activité 1 : Premier contact avec le livre 

Objectif spécifique : L’activité vise à travailler le paratexte pour favoriser la participation [3] des élèves par le partage de leurs réactions psychoaffectives et de leurs anticipations par rapport au texte. 

 

Les élèves sont appelés à tirer profit de certains indices fournis par le livre pour anticiper le déroulement de l’histoire. D’abord, l’enseignant guide les élèves dans l’étude de la page couverture, par le biais du titre et de l’image. Il leur propose quelques pistes de réflexion. Qu’est-ce que le titre évoque pour vous? De quoi le texte traite-t-il? D’après vous, qui est illustré? En quoi ce personnage vous ressemble-t-il? Où est-il? Que fait-il? Qu’est-ce qui peut l’y avoir mené? Les élèves lisent ensuite l’extrait qui se trouve sur la quatrième de couverture. De nouveau, ils formulent leurs réactions et leurs hypothèses, à l’aide de quelques pistes : Qui parle? D’après vous, comment se sent-il? Que pensez-vous de ses propos au sujet de sa mère? Qu’est-ce qui, selon vous, peut pousser quelqu’un à parler ainsi de sa mère? Le but ici est d’établir des hypothèses que l’élève, tout au long de la lecture, sera en mesure d’infirmer ou de confirmer. 

 

Activité2 : Le contexte sociohistorique 

Objectif spécifique : L’activité a pour but d’amener les élèves à situer le contexte sociohistorique dans lequel l’auteur Wajdi Mouawad et le personnage de Wahab ont tous les deux grandi. L’élève peut ainsi mieux saisir l’influence de la guerre sur l’évolution psychologique de Wahab, et sur la vie et l’ensemble de l’œuvre de Wajdi Mouawad. 

 

L’enseignant présente d’abord une photographie [4] prise en 1976 à Beyrouth, en pleine guerre. Il demande aux élèves d’observer attentivement cette image et de répondre par écrit à un court questionnaire qui activera leurs connaissances. 

 

1. Où le Liban et Israël sont-ils situés? 

2. Où la Palestine est-elle située? 

3. Que sont les maronites et les sunnites? 

4. Que connaissez-vous des conflits qui ont fait rage au Liban depuis 1975? 

5. Selon vous, pourquoi y a-t-il des maisons incendiées sur la photo? 

6. Selon vous, que fait la dame sur la photo? 

 

Par la suite, en plénière, les élèves mettent en commun leurs connaissances et leurs hypothèses. Partant de cela, l’enseignement fournit les informations manquantes aux élèves en donnant directement les réponses, ou en présentant une carte du Proche-Orient et en s’appuyant sur un document paraissant sur le site Internet de Radio-Canada [5]. Par la suite, l’enseignant amène les élèves à prendre connaissance de la biographie de l’auteur Wajdi Mouawad par le biais de l’article Wajdi Mouawad : Le survenant [6]. 

 

Activité 3 : L’entrée dans le texte 

Objectif spécifique : l’activité vise à entrer collectivement dans l’univers psychologique du narrateur, ce qui permettra ensuite une interprétation plus claire de l’ensemble du récit.

 

Une lecture en groupe, à voix haute, sera d’abord privilégiée. Ce choix semblait pertinent, dans la mesure où l’histoire est racontée par un narrateur autodiégétique [7], sous la forme d’un monologue. L’enseignant amorce la lecture, en prenant soin de varier son débit et son ton de voix. Il s’arrête après la lecture de l’incipit et interroge les élèves à propos de leurs impressions. Il amène les élèves à remarquer la narration au « je », la concision des phrases et la présence de répétitions. Il leur demande en quoi ces éléments influencent l'interprétation du lecteur. Il sera ici important d'amener les élèves à comprendre que la narration autodiégétique permet au lecteur d'accéder à l’univers psychologique du narrateur, et que la brièveté et la répétition des phrases contribuent à rendre compte d’une tension croissante dans le roman. 

 

 

PENDANT LA LECTURE

 

 

Activité 4 : L’évolution psychologique du personnage principal 

Objectif spécifique : cette activité a pour but de guider les élèves dans la compréhension et l’interprétation de la quête identitaire du personnage principal, et ce, à travers la structure narrative du texte.

 

D’abord guidés par l’enseignant, les élèves élaborent, au fil de la lecture, une double ligne du temps dans le but de situer parallèlement les évènements présents et les analepses du récit. L'organisation chronologique des éléments-clés du récit permet de mettre en lumière le cheminement psychologique et la quête personnelle du personnage. Une fois la lecture du roman complétée, les élèves se regroupent en équipes de quatre et partagent leurs réponses. Chaque équipe choisit la ligne du temps qui leur semble la plus complète. Puis, en plénière, l’enseignant anime une discussion où les équipes auront à présenter le schéma choisi et à en discuter. L’enseignant porte également à l’attention des élèves le fait que le récit, malgré sa complexité, se déroule dans un délai très court, en l’espace d’une nuit.

 

 

APRÈS LA LECTURE 

 

 

Activité 5 : Retour sur des passages-clés 

Objectif spécifique : L’activité 5 permet de faire des retours sur certains passages-clés du roman, dans le but de comprendre et d’interpréter plus finement la finalité de la quête de Wahab, c’est-à-dire l’acceptation de la mort.  

 

D’abord, l’enseignant guide les élèves dans une étude du passage final, et de la signification et du rôle du personnage de la femme aux membres de bois. Par la suite, l’enseignant revient sur l’évènement qui a enclenché la perte de repères chez Wahab : l’incendie de l’autobus. Il amène les élèves à réfléchir sur l’influence de ce souvenir traumatisant sur tous les autres évènements narrés dans le roman. Il leur demande d'expliquer en quoi tous ces évènements permettent de comprendre la quête identitaire de Wahab. Puis, l’enseignant demande aux élèves de revenir sur le texte Wajdi Mouawad: Le survenant afin d’établir des liens entre la vie de Wajdi, et celle de Wahab. Pour clore l'activité, l'enseignant présente un extrait de la pièce Incendies [8], qui permet de montrer la récurrence du thème de la guerre et de certains souvenirs de Mouawad dans l'ensemble de son œuvre. Dans la même visée, il serait aussi intéressant de présenter aux élèves l’adaptation cinématographique d’Incendies, réalisée en 2010 par Denis Villeneuve. 

 

Extrait d’Incendies

 

Simon. Jeanne! Jeanne, reviens!

 

Nawal. J’étais dans l’autobus. Sawda, j’étais avec eux! Quand ils nous ont arrosés d’essence j’ai hurlé : « Je ne suis pas du camp, je suis comme vous! Je cherche mon enfant qu’ils m’ont enlevé! » Lors ils m’ont laissée descendre, et après, après, ils ont tiré, et d’un coup, d’un coup vraiment, l’autobus a flambé, il a flambé avec tous ceux qu’il y avait dedans, il a flambé avec les vieux, les enfants, les femmes, tout! Une femme essayait de sortir par la fenêtre, mais les soldats lui ont tiré dessus, et elle est restée comme ça, à cheval à cheval sur le bord de la fenêtre, son enfant dans ses bras au milieu du feu et sa peau a fondu, et la peau de l’enfant a fondu et tout a fondu et tout le monde a brûlé! Il n’y a plus de temps, Sawda. Il n’y a plus de temps. Le temps est une poule à qui on a tranché la tête, le temps court comme un fou, à droite, à gauche et de son coup décapité, le sang nous inonde et nous noie. 

 

Activité 6 : Étude des choix langagiers  

Objectif spécifique : L’activité 6 vise à faire comprendre aux élèves qu’un auteur fait des choix langagiers consciemment, et que ces choix influencent l’interprétation d’un texte. 

 

L’enseignant demande aux élèves de relever certains passages où des termes vulgaires, des jurons ou des sacres sont employés par Wahab, et il leur demande d’expliquer en quoi consiste leur apport au texte. Il est important que les élèves comprennent que ces emplois ne sont pas dépourvus de sens, qu’ils peuvent traduire, par exemple, l’expression de certains sentiments comme la colère, le défoulement ou le déni. L’enseignant peut également demander aux élèves de réécrire un passage, comme celui où Wahab et le chauffeur d’autobus se disputent. Ensuite, l’enseignant invite les élèves à relever certaines répétitions et certains passages où les phrases sont très concises. Il les amène à réfléchir quant à l’apport de ces deux caractéristiques stylistiques au texte. 

 

Activité 7 : Écriture de deux lettres 

La réalisation des activités précédentes permet l’interprétation et la compréhension de l’ensemble du texte. Les élèves sont maintenant prêts à réinvestir leurs apprentissages dans une activité d’écriture qui respecte les consignes suivantes. 

 

Imaginez que vous êtes dans la peau de Wahab. Vous devez rédiger deux lettres, de 150 mots chacune, toutes deux adressées à votre mère. La première lettre doit être écrite lors de votre fugue, au moment où vous tentez de vous terrer dans le silence. Exprimez ce que vous ressentez à ce moment-là. La deuxième lettre doit être écrite une fois l’ordre rétabli. Imaginez alors que cette lettre peut se rendre à votre défunte mère. Qu’auriez-vous envie de lui dire, à cette étape-ci. Avez-vous des regrets? N’oubliez pas de tenir compte des différentes étapes de la quête de Wahab et de son évolution psychologique. Veillez aussi à respecter les caractéristiques langagières du roman Un obus dans le cœur. 

 

 

Conclusion 

Cette séquence didactique, articulée autour de l’œuvre Un obus dans le cœur, a été conçue dans l’optique de susciter l’intérêt des jeunes lecteurs et de leur permettre d’accéder à une lecture plus littéraire, basée sur la résolution de problèmes de lecture. En outre, elle permet aux élèves d’acquérir certaines connaissances et de développer certaines compétences qu’ils seront en mesure de réinvestir lors de leurs prochaines activités en lecture.

 

 

Bibliographie

275-ALLÔ (2009). « Pourquoi y a-t-il tant de guerres au Liban? » dans Boite à réponses, Radio-Canada, [en ligne]. http://www.radio‑canada.ca/jeunesse/275allo/boite_reponses/reponses.asp?no_cate=5&no_theme=38&no_quest=848 [site consulté le 4 avril 2011].

BAILLARGEON, Stéphane (1999). « Wajdi Mouawad : Le survenant » dans Le Devoir, Montréal : Le Devoir, lundi, 31 mai 1999, p. B1 (voir annexe 2).

BEAUDRY, Marie-Christine (2009). « L’adolescent et la lecture » dans Québec français, no 154, p.133-134.

BELTRAMI, Daniel et QUET, François (2001). « Lecture : l’espace d’un problème », dans Le français aujourd’hui, no 137, p.57-71.

DUFAYS, Jean-Louis et al. (2005). Pour une lecture littéraire : histoire, théories, pistes pour la classe, 2e édition, Bruxelles : Éditions de Boeck Université, 370 pages.

FALARDEAU, Érick (2003). « L’apprentissage de la lecture littéraire : quelques pistes pour la lecture de L’écume des jours » dans Québec français, n° 129, p.48-51.

FALARDEAU, Érick (2004). « La place des lecteurs dans les classes de littérature» dans Québec français, n° 135, p.39.

FALARDEAU, Érick (2004). « Pistes d’entrée pour la lecture de textes littéraires : la mise en place de situation-problèmes » dans Skholê, n° hors série 1, p.91-98.

GENETTE, Gérard (1972). Figures III, Paris : Éditions du Seuil, 285 pages.

GINGRAS, Chantale (2007). « Wajdi Mouawad ou le théâtre-odyssée » dans Québec français, n° 146, p. 43.

MOUAWAD, Wajdi (2007). Un obus dans le cœur. Montréal : Léméac; Arles : Actes Sud junior, 72 pages.

MOUAWAD, Wajdi (2009). Incendies, Montréal : Léméac; Arles : Actes Sud, p. 51.

SIMARD, Denis (2002). « Comment favoriser une approche culturelle de l’enseignement? » dans Vie pédagogique, Québec : Gouvernement du Québec, MELS, no 124, p. 5-8.

 


[1] Wajdi Mouawad (2007). Un obus dans le cœur. Montréal : Léméac; Arles : Actes Sud junior, 72 pages.

[2] Chantale Gingras (2007). « Wajdi Mouawad ou le théâtre-odyssée » dans Québec français, n° 146, p. 43.

[3] Érick Falardeau (2004). « La place des lecteurs dans les classes de littérature » dans Québec français, n° 135, p.39.

[4] Cette photographie, prise par Françoise Demulder, le 18 janvier 1976 à Beyrouth, a été couronnée en 1977« meilleure photo de l’année » par le World Press. Ayant été publiée à travers le monde, cette image est devenue le symbole du drame palestinien durant cette guerre. (Source : http://www.yourshot.eu/blog/2008/10/)

[5] 275-Allô(2009). « Pourquoi y a-t-il tant de guerres au Liban? » dans Boite à réponses, Radio-Canada, [en ligne]. http://www.radio‑canada.ca/jeunesse/275allo/boite_reponses/

reponses.asp?no_cate=5&no_theme=38&no_quest=848[site consulté le 4 avril 2011].

[6] Stéphane Baillargeon (1999). « Wajdi Mouawad : Le survenant » dans Le Devoir, Montréal : Le Devoir, lundi, 31 mai 1999, p. B1 (voir annexe 2).

[7] Gérard Genette (1972). Figures III, Paris : Éditions du Seuil, 285 pages.

[8] Wajdi Mouawad (2009). Incendies, Montréal : Léméac; Arles : Actes Sud, p. 51. 


---
© 2023, Université Laval
Ce texte est protégé par la loi sur les droits d'auteur. Il peut cependant être utilisé à des fins éducatives. Nous vous prions d'en indiquer la source lors d'une éventuelle utilisation.


À propos | Aide | Contactez-nous