Se connecter
 Retour à la page précédente
Le grand cahier

Fiche descriptive
Séquence didactique
Annexes
Le grand cahier
KRISTOF, Agota
Par Anne Catherine Dion


Nationalité de l'auteur : Autres
Genre : Roman
Courant : Autres
Siècle : 20e siècle
Groupe d'âge visé : Deuxième cycle secondaire
Auteur de la séquence : Anne Catherine Dion
Date du dépôt : Hiver 2014


Introduction

 

Cette séquence porte sur le roman Le grand cahier d’Agota Kristof et s’adresse à des élèves de cinquième secondaire. Les objectifs sont de « favoriser la pratique de la littérature » et de « développer une compétence interprétative et évaluative adaptée à la littérature » (Simard, Dufays, Dolz et Garcia-Debanc, p.333). Le roman à l’étude est un classique de la littérature contemporaine, qui permet une réflexion sur les valeurs et sur les dures réalités associées à la guerre.

 

Dans le Grand cahier, il est étonnant de constater à quel point les jumeaux sont prêts à tout dans le but d’échapper à la douleur et à la souffrance. Nous croyons que les élèves apprécieront travailler sur les thèmes et sur les valeurs présentés dans l’œuvre : la méchanceté humaine, la dignité humaine, la morale, la cruauté de la vie, etc. Également, il sera intéressant de mettre en relation les éléments de cet univers narratif (personnages, époque, milieu, émotions, etc.). Le contexte de guerre dans lequel vivent les jumeaux nous aidera également à comprendre leur psychologie. Un partage des interprétations et des réactions sera au cœur de notre démarche, visant une meilleure compréhension de la complexité et de la beauté de l’œuvre. Le fil conducteur de la séquence sera le code de valeurs des jumeaux : nous tenterons de mieux comprendre les principes qui dictent leurs actions à travers plusieurs activités prévues en cours de lecture, de même qu’après la lecture. Enfin, une discussion à propos de la censure à l’école sera organisée à la fin de la séquence afin d’aborder certaines scènes choquantes présentées dans le roman.

 

Aperçu de l’œuvre :

Pour survivre à la guerre et échapper aux bombardements de la Grande Ville, deux jumeaux inséparables sont confiés à leur grand-mère, une campagnarde misérable et méchante surnommée « la Sorcière ». C’est donc dans un contexte de guerre, de pauvreté et d’insalubrité que les jumeaux doivent travailler pour survivre. En se donnant le défi de décrire les choses telles qu’elles le sont, ils relatent les épisodes de leur vie dans le Grand Cahier, recueil regroupant leurs différentes compositions qui deviennent en fait les chapitres de ce roman initiatique. Tout au long du roman, les jumeaux font des exercices afin d’endurcir leur corps et leur esprit : exercice de jeûne, exercice de cruauté, exercice de cécité et de surdité, etc. Ils apprennent à résister à la souffrance, à la haine et à l’amour; nous suivons leur parcours à travers ces apprentissages douloureux. Les jumeaux rencontrent de nombreux personnages (Bec-de-Lièvre, l’officier, la servante de la cure, le curé…) qui font évoluer leur vision du monde et qui contribuent à la construction d’un système de valeurs propres à eux. Au fil de leurs épisodes, nous découvrons leur vision du bien et du mal; nous constatons à quel point ils sont prêts à tout dans le but de survivre. La narration au « nous », fusionnant les voix des jumeaux, étonne, alors que la description froide et crue de scènes brutales nous laisse souvent sans mot. Dans le cadre de cette séquence, l’œuvre a été divisée en quatre sections afin d’organiser la lecture des élèves dans le temps.

 

Problèmes de lecture abordés dans le cadre de cette séquence :

-          Pourquoi les jumeaux veulent-ils résister à la douleur et à tout ce qui fait mal au corps et à l’esprit?

-          Comment expliquer la vision dichotomique du bien et du mal des jumeaux?

-          En quoi le contexte de guerre influence-t-il la façon de penser des jumeaux?

-          Quels sont les passages où les jumeaux montrent des sentiments sans les expliquer explicitement?

 

Avant la lecture

 

Aucune activité n’est prévue avant la lecture. L’enseignant présente brièvement l’auteur de l’œuvre. Il explique aux élèves que l’histoire met en scène deux jumeaux indissociables qui sont confiés à leur grand-mère, une femme misérable et méchante. Elle les oblige à travailler pour survivre. L’histoire prend place à la campagne, à l’extérieur de la Grande-Ville, dans un contexte de guerre. Les jumeaux relatent les épisodes de leur vie dans leur Grand Cahier, qui deviennent en fait les chapitres de ce roman. Ils apprennent la dureté de la vie. L’enseignante peut également prévenir les élèves que certains passages peuvent être choquants pour le lectorat.

 

Pendant la lecture

 

Carnet de lecture

Objectifs d’apprentissage :

-          Reconnaitre les effets que le texte provoque chez soi, les expliciter et les consolider, les nuancer ou les réviser;

Au cours de la lecture, les élèves doivent noter leurs réactions, les sentiments ressentis à certains passages, leurs incompréhensions, leurs interrogations et leurs commentaires personnels dans un carnet de lecture. Ils peuvent également élaborer des questions à discuter en comité de lecture. Les notes peuvent concerner la psychologie des jumeaux, le contexte de guerre, le style d’écriture, la charge émotive ressentie durant et après la lecture ou encore des points de vue personnels par rapport au roman. Un minimum de 100 mots est exigé pour chaque section à lire. Cette activité vise à amener l’élève à « rendre compte de ses impressions immédiates de lecture » (Tauveron, p.31), « à se distancer par rapport à [sa] lecture en passant de la participation identifico-émotionnelle à la formulation d’un jugement de goût éclairé » (Lebrun et Coulet, p.104) et à constater sa progression au cours de la lecture à travers les traces laissées. Différentes réactions surgissent durant la lecture du Grand Cahier : la colère, la curiosité, la tristesse, le dégout, le soulagement, la consternation, la peur, la surprise, etc. Il sera donc intéressant de partager par la suite nos impressions de lecture et nos interprétations, à l’aide d’un comité de lecture.

 

Comité de lecture

Objectifs d’apprentissage :

-          Reconnaitre les effets que le texte provoque chez soi, les expliciter et les consolider, les nuancer ou les réviser;

-          Confronter son appréciation avec celle de ses pairs.

 

Durant la séquence, des moments sont prévus afin de discuter de notre contact avec l’œuvre (voir planification de la séquence en annexe I). En comité de lecture, les élèves échangent à propos de leurs réactions, de leurs interrogations et de leurs commentaires personnels consignés dans leur carnet de lecture. Afin de justifier leurs réactions et leurs commentaires, ils partagent des passages marquants. Lorsque les élèves ont terminé la lecture du Grand cahier, l’enseignant propose une discussion par rapport à la fin du roman afin de connaitre les réactions des élèves (consignées dans leur carnet de lecture) et de les inviter à interpréter la décision prise par les jumeaux à la fin du roman.

 

Première analyse du code de valeurs des jumeaux

Objectifs d’apprentissage :

-          Orienter la lecture en fonction des intentions de lecture (comprendre la psychologie des personnages et leur code de valeurs);

-          Faire ressortir les valeurs des personnages en fonction de leurs actions et leur psychologie;

-          Se situer par rapport aux valeurs, au traitement thématique (Programme de formation de l’école québécoise);

-          Cerner ou décrire les personnages en tenant compte de l’intrigue.

 

Après que les élèves aient lu les chapitres des sections un et deux, l’enseignant présente aux élèves un des problèmes de lecture qui sera travaillé en classe : « Comment expliquer la vision dichotomique des jumeaux du bien et du mal? » Au cours de la lecture, les élèves sont invités à consigner des informations sur les relations qu’entretiennent les jumeaux avec les autres personnages dans des tableaux prévus à cet effet. L’enseignant leur explique que la prise des notes et l’élaboration de tableaux leur permettront de «mémorise[r] les informations, les intègre[r], les organise[r] ou [de] se retrouve[r] plus facilement dans les textes après les avoir lus (facilite le repérage d’informations)[1].» Comme nous, les jumeaux ont des valeurs qui les influencent dans leurs relations avec les autres, de même que dans leur manière de penser et d’agir. Par leur bon sens de l’analyse, ils observent les autres et établissent ce qui est bien ou non pour eux. Les élèves ont une intention de lecture, celle de mieux saisir les valeurs des jumeaux en observant les actions qu’ils posent et leurs réactions lors de certaines situations. Pour chaque personnage, un tableau est prévu, dans lequel les actions du personnage envers les jumeaux doivent être consignées, de même que les actions posées par les jumeaux envers ce personnage. Enfin, les élèves doivent trouver des passages dans lesquels les interactions entre les jumeaux et ce personnage reflètent un code de valeurs.

Personnage :

Actions importantes du personnage envers les jumeaux

 

Actions importantes posées par les jumeaux envers ce personnage

 

Indices sur le code de valeurs des jumeaux

 

Tout d’abord, l’enseignant fait une activité de modelage pour rendre transparent son raisonnement. L’activité peut sembler complexe pour les élèves, mais ceux-ci comprendront davantage la démarche qu’ils ont à suivre en écoutant l’enseignant expliquer sa démarche et son raisonnement. Les tableaux des deux personnages analysés lors du modelage se retrouvent dans l’annexe II du travail.

Après que les élèves aient lu la section suivante du roman, l’enseignant accompagne les élèves en leur faisant nommer les personnages rencontrés pendant les chapitres. Il leur fournit des indices au besoin, ainsi que des explications supplémentaires afin de s’assurer d’une utilisation adéquate de la stratégie de lecture, dans le cadre d’une pratique guidée (Falardeau et Gagné, p. 10). En plénière, l’enseignant s’assure qu’ils ont pris le temps d’annoter le texte au besoin et de faire ressortir les indices du texte par rapport au code de valeurs des jumeaux.

Les élèves complètent cette activité de façon autonome; au besoin, ils peuvent relire certains passages et interroger l’enseignant lors d’incompréhensions. Ils auront l’occasion de vérifier leurs différents tableaux avec leurs pairs lors d’une activité réalisée après la lecture. Cette activité faite en cours de lecture éclairera les élèves à propos du code de valeurs des jumeaux; par la suite, un travail approfondi sur ce code sera réalisé en classe. Évidemment, cette activité laisse place à plusieurs interprétations, ce pourquoi il est intéressant d’en discuter en petits groupes et en plénière (grand groupe).

Activité 1 (1 cours)

Objectifs d’apprentissage :

-          Reconnaitre les types de narrateur et les types de focalisation;

-          Identifier le narrateur et ses caractéristiques;

-          Cerner le point de vue adopté : en dégageant l’image que le narrateur ou les personnages donnent des personnages du récit et de leurs rapports; en dégageant le rapport d’engagement que l’énonciateur établit avec le thème ou les valeurs (Programme de formation);

-          Identifier les caractéristiques du style d’écriture des jumeaux afin de mieux cerner les personnages.

 

Cette activité est réalisée après que les élèves aient lu les sections un et deux du livre. L’enseignant présente une capsule théorique sur la narratologie et la focalisation afin de stimuler la réflexion des élèves.

Il discute de la présence du narrateur dans le Grand cahier : s’agit-il d’un narrateur omniscient, héros ou personnage? Il demande également aux élèves de réfléchir sur la focalisation en sous-groupes. Préalablement, il s’assure que les élèves possèdent les savoirs narratologiques nécessaires et prend le temps de faire un rappel de ces notions. Il est intéressant d’en discuter car, dans le Grand cahier, le point de vue adopté est particulier : les jumeaux veulent rédiger d’un point de vue extérieur (focalisation externe), en décrivant fidèlement les faits, mais tout est vu selon leur regard (focalisation interne). 

Nous travaillons ensuite les particularités du style d’écriture des jumeaux dans leurs compositions. L’enseignant demande aux élèves de se regrouper et de faire ressortir des caractéristiques du style d’écriture adopté par les jumeaux. Chaque caractéristique doit être accompagnée d’un extrait du texte. L’enseignant peut inviter les élèves à relire le chapitre « Nos études » pour les aider.

Ensuite, une mise en commun de ces caractéristiques est faite en plénière : le contraste entre la brutalité de ce qui est évoqué et le détachement du récit des événements, le découpage du texte en plusieurs fragments de vie, la simplicité du langage presque enfantin, la particularité des noms attribués aux personnages sont des exemples de caractéristiques intéressantes à discuter.

L’enseignant les invite à porter attention au souci d’objectivité des jumeaux dans leurs compositions : arrivent-ils à être parfaitement objectifs et à écarter tout sentiment? Nous reviendrons plus tard sur cette question en lien avec un problème de lecture, ce pourquoi les élèves sont invités à garder cette question en tête au cours de leur lecture.

Également, à la fin de l’activité, l’enseignant invite les élèves à faire des liens avec les caractéristiques du style d’écriture des jumeaux dans leur carnet de lecture : bien souvent, celles-ci ont des effets sur le lecteur et sur la charge émotive qu’il l’habite pendant la lecture, alors il est intéressant d’y réfléchir lors de la lecture.

 

Après la lecture

 

Activité 2 (1 cours)

Objectifs d’apprentissage :

-          Cerner ou décrire les personnages en tenant compte de l’intrigue; comprendre leur psychologie.

 

L’activité portera sur le problème de lecture « Pourquoi les jumeaux veulent-ils résister à tout ce qui fait mal? » Elle permettra aux élèves de mieux saisir la psychologie des jumeaux, par une analyse des exercices qu’ils font, qui ne sont pas des jeux ludiques habituellement associés à des enfants de leur âge.

Les élèves doivent compléter le tableau de l’annexe III en équipe de deux et s’interroger à propos des différents exercices réalisés par les jumeaux. Ils dressent une liste des exercices, décrire en quoi ceux-ci consistent et expliquer leur raison d’être. Puis, en grand groupe, les réponses sont discutées afin de partager les interprétations des élèves quant aux raisons qui poussent les jumeaux à s’exercer méthodiquement à tout ce qui fait mal. Au cours de la lecture, nous nous rendons compte que leurs objectifs vont beaucoup plus loin que le contrôle du corps ; les jumeaux désirent résister aux sentiments et à tout ce qui pourrait représenter un obstacle à leur survie. Ils inventent leurs exercices en s’inspirant de leur entourage : ils voient des hommes se faire battre et tuer pour survivre, et c’est ce à quoi ils doivent donc se préparer.

Exercices

 

En quoi cela consiste?

Pourquoi ils le font?

 

 

 

 

Enfin, individuellement, les élèves complétent la phrase « Les jumeaux veulent résister à tout ce qui fait mal, parce que… » à la lumière des informations qu’ils ont recueillies dans le tableau. Cette exercice les amènera à faire un très court résumé, qui est un « outil qui favorise les synthèses, facilite l’organisation en mémoire des informations lues et incite à une autoévaluation de la compréhension. » (Cèbe, Goigoux et Thomazet, p.19)  Certains élèves seront invités par la suite à partager leur réponse en grand groupe.

 

Activité 3 (2 cours)

Objectifs d’apprentissage :

-          Cerner ou décrire le cadre spatiotemporel du récit dans lequel se déroulent les évènements en tenant compte du genre de récit.

Afin de mieux comprendre la psychologie des jumeaux,  nous soulevons le problème de lecture suivant : « En quoi le contexte de guerre influence-t-il la façon de penser des jumeaux? » L’activité réalisée permettra aux élèves de mieux comprendre les conditions de vie et l’atmosphère de la guerre, et par le fait même l’instinct de survie, l’insensibilité et l’enfance volée des jumeaux.

Tout d’abord, l’enseignante interroge les élèves par rapport au contexte dans lequel le roman prend place. Il est intéressant de constater qu’aucune précision n’est donnée par rapport au lieu et à l’époque, mais nous pouvons supposer que l’histoire se déroule en Hongrie, durant la Deuxième Guerre mondiale.  Afin de mieux comprendre ce contexte de guerre, nous travaillerons avec un réseau de textes thématique. Les buts de ce réseau de textes sont présentés aux élèves : mieux comprendre les conditions de vie et l’atmosphère de la guerre, mieux comprendre l’influence de la guerre sur la mentalité des gens (insensibilité à la souffrance, besoin de survie…) et mieux comprendre la position de l’enfant qui vit des situations violentes de la guerre[3]. Avant de distribuer les extraits du réseau de textes, l’enseignant présente aux élèves la technique réflexive du KWL Plus, qui sera utilisée pour aborder le contexte de guerre. L’enseignant demande aux élèves de construire un tableau similaire à celui-ci :

Ce qui est connu

Ce que l’on désire apprendre

Ce qui est appris

 

 

 

 

Tout d’abord, l’enseignant demande aux élèves de partager leurs connaissances antérieures en lien avec le contexte de guerre. Il les invite à faire une tempête d’idées et à écrire des mots au tableau sur le sujet. La colonne « Ce qui est connu » est remplie par l’élève pendant la discussion en grand groupe. L’enseignant peut poser des questions aux élèves afin de leur donner des pistes de réflexion : « Comment croyez-vous que les gens y vivent? Pensez-vous que leur vie est différente de celle d’un pays en paix? Et les enfants, eux, comment y vivent-ils à votre avis? De quoi ont-ils peur?» (Guerguerian, p.59) Les élèves sont également invités à proposer des œuvres qui traitent de la guerre. Ensuite, chaque élève doit individuellement rédiger trois ou quatre questions à propos de la guerre dans la colonne « Ce que l’on désire apprendre » du KWL Plus. Les buts de ce réseau de textes peuvent être rappelés aux élèves afin de les guider.

 

Puis, plusieurs extraits sont distribués aux élèves : l’album Fidèles éléphants, les poèmes Donnez-moi la mémoire et J’accuse écrits par des anciens déportés, quelques pages des romans La route de Chlifa et J’ai quinze ans et je ne veux pas mourir (voir extraits en annexe IV). D’autres œuvres liées au contexte de guerre peuvent également être distribuées, notamment  Le journal d’Anne Frank. Les élèves doivent lire ces extraits, puis en discuter en sous-groupes. L’enseignant rappelle les buts du réseau de textes, de même que les pistes de réflexion données durant la tempête d’idées, afin de leur donner des lignes directrices et de leur permettre de déceler les similitudes et les différences entre ces œuvres et le Grand cahier. Il peut également cibler des éléments importants à faire ressortir de chaque extrait : par exemple, le champ lexical de la guerre dans La route de Chlifa et J’ai quinze ans et je ne veux pas mourir, ainsi que le parallèle intéressant entre Fidèles éléphants et les victimes de la guerre. Après un certain temps, l’enseignant assigne un extrait à chaque sous-groupe, qui doit analyser en profondeur le contexte de guerre et le présenter aux autres élèves.

 

Dans la colonne « Ce qui est appris », en équipe de deux, les élèves doivent consigner les informations importantes de chaque extrait qui leur permettent de mieux comprendre le contexte de guerre et surtout la psychologie des jumeaux. Enfin, l’enseignant discute avec les élèves des conditions de vie difficiles dans le Grand cahier, de la mentalité des jumeaux et de leur position d’enfant dans ce contexte violent, à la lumière des extraits présentés en classe.

Activité 4 (2 cours)

Objectifs d’apprentissage :

-          Cerner ou décrire les personnages en tenant compte de l’intrigue et du genre de récit;

-          Comprendre et mettre en mot les valeurs des personnages en se basant sur leurs actions et leur psychologie.

 

Se situer par rapport aux valeurs, au traitement thématique « Le personnage est le pivot du récit. […] Comprendre les personnages demeure donc le moyen fondamental de comprendre l’histoire comme un tout.» (Giasson, 2000 : 95) L’objectif de cette activité est de compléter le portrait psychologique des jumeaux en s’interrogeant sur leurs valeurs, qui dictent leurs actions tout au long du récit.

 

Lors de la première partie de l’activité, nous voulons amener les élèves à mieux comprendre le code de valeurs des jumeaux. Précisément, nous souhaitons aborder le problème de lecture suivant : « Comment expliquer la vision dichotomique des jumeaux du bien et du mal? » Nous tenterons de déterminer ce qui est «bien» et ce qui est «mal» à leurs yeux, en observant leurs actions et leurs paroles dans diverses situations. Pour ce faire, en groupes de trois ou quatre, les élèves mettent en commun les éléments qu’ils ont consignés à propos des actions des jumeaux envers chaque personnage. À l’aide de ces éléments et des indices recueillis sur le code de valeurs des jumeaux, les élèves tentent d’interpréter ce qui est catégorisé en bien ou en mal. Ils discutent dans le but de mieux comprendre ce qui a poussé les jumeaux à agir lors de différentes situations : ils commentent certains passages et réfléchissent sur les valeurs véhiculées et la vision du monde exprimée par les jumeaux. Pendant que les élèves travaillent, l’enseignant n’hésite pas à intervenir pour rectifier le tir ou simplement préciser, par exemple : «Selon vous, qu’est-ce qui a poussé les jumeaux à agir ainsi avec tel personnage?» Ensuite, en grand groupe, l’enseignant questionne les élèves sur les valeurs des jumeaux, en leur demandant de justifier leur interprétation à l’aide de passages du roman. La discussion permet aux élèves de partager leurs interprétations et leurs interrogations.

 

Lors de la deuxième partie de l’activité, les élèves doivent élaborer le code de valeurs des jumeaux, en se basant sur le texte des «Dix commandements», présenté dans le livre de l’Exode (livre biblique). Tout d’abord, l’enseignant projette au tableau cet ensemble d’instructions morales et religieuses et met en contexte les élèves : il leur explique qu’il s’agit de fortes recommandations de Dieu données aux hommes s’ils souhaitent vivre librement. Il guide les élèves en faisant ressortir les caractéristiques de ces commandements : certains ont une formulation négative (comportements interdits), alors que d’autres sont formulés positivement (devoirs et engagements). La consigne d’écriture suivante leur est remise: Avant de nous séparer, nous décidons de composer nos propres «Dix Commandements», comme ceux que nous avons étudiés dans la Bible que nous avons trouvée ici, chez Grand-Mère. Nos Dix Commandements nous aideront à décider si ce que nous faisons est «Bien» ou «Pas bien» (voir exemple dans l’annexe V). Les élèves, en équipe de deux, ont à se mettre dans la peau des jumeaux et à écrire une nouvelle composition. Ils composent dix instructions morales en respectant le code de valeurs des jumeaux, en se basant sur ce qui a été discuté lors de la première partie de l’activité et en s’inspirant des Dix Commandements. Certaines équipes sont invitées à partager leurs réponses lors d’un retour en grand groupe.

 

Activité 5 (1 cours)

Objectifs d’apprentissage :

-          Reconnaitre ou choisir les mots qui révèlent la subjectivité de l’énonciateur;

-          Appuyer ses propos en élaborant des justifications;

-          Justifier un propos, plus particulièrement l’interprétation d’une œuvre littéraire;

-          Établir des liens entre un commentaire et un ou plusieurs aspects de l’œuvre, en s’appuyant sur le texte (Progression des apprentissages).

                                       

Nous avons précédemment discuté des caractéristiques du style d’écriture des jumeaux, notamment de leur souci de justesse, de vérité et d’objectivité (présenté dans la composition «Nos études») et du déni de toutes émotions. En fait, il y a diverses interprétations possibles quant à l’existence des sentiments dans le Grand cahier. L’enseignant invite les élèves à prendre une distance par rapport aux compositions des jumeaux, qui semblent toujours objectives, et à se pencher sur le problème de lecture suivant : « Quels sont les passages où les jumeaux montrent des sentiments sans les exprimer explicitement? » En sous-groupe, les élèves tentent de déterminer les moments où, malgré eux, les protagonistes témoignent d’une sensibilité propre et d’une certaine subjectivité. Par la suite, l’enseignant invite les élèves à choisir un passage en équipe de deux et à rédiger un commentaire justificatif. Ils doivent donc réfléchir à leur démarche et partager leurs interprétations de l’extrait. En plénière, l’enseignant invite les élèves à lire leur paragraphe et à commenter celui des autres équipes. Certains passages pourront être discutés et analysés afin d’en améliorer notre compréhension.

 

Activité d’écriture (3 cours)

Objectifs d’apprentissage :

-          Amener les élèves à écrire une lettre ouverte et à se représenter la situation de communication afin de stimuler et d’orienter la production écrite (Dolz, Noverraz, Schneuwly, p.110);

-          Évaluer leur capacité à développer une stratégie employée selon un plan et à développer des arguments de qualité pour appuyer leur point de vue;

-          Prendre en compte son destinateur et ses caractéristiques (Progression des apprentissages);

-          Repérer ou élaborer un ou des arguments, les dégager ou les étayer en ayant recours au contenu ou aux procédés textuels (Progression des apprentissages).

 

Ce classique scolaire a fait l’objet de critiques virulentes de la part de milieux réactionnaires, qui affirment que le roman contient des scènes « pornographiques » ne pouvant pas être lues par des adolescents et mises au programme d’une école secondaire. Pour commencer l’activité et mettre en contexte les élèves, l’enseignant distribue un article de journal concernant l’affaire d’Abbeville (polémique autour du livre en France) ainsi qu’un extrait du chapitre traitant du Grand Cahier et cette affaire dans « Qui a peur de la littérature ado? », un essai d’Annie Roland. La chronique éthique et culture « Embargo sur l’histoire des jumeaux», écrite par Denis Jeffrey, chercheur du CRIFPE de l’Université Laval, peut également être distribuée aux élèves (annexe VI). En plénière, l’enseignant demande aux élèves de réfléchir à la censure dans les livres étudiés à l’école en leur posant des questions ouvertes : « Trouvez-vous que l’enseignant de France méritait cette accusation? » « Selon vous, comment peut-on être prudent lorsqu’on choisit un roman à étudier en classe? » «Y a-t-il des thèmes qui ne peuvent pas être travaillés à l’école? Si oui, lesquels? » « Selon vous, le Grand cahier devrait-il être remis au programme en cinquième secondaire? » Les élèves discutent, en plénière, de la place du Grand cahier et de la censure à l’école.

Ensuite, l’enseignant leur distribue une consigne d’écriture : Le roman Le grand cahier marque par la richesse des personnages et de leurs valeurs, mais aussi par les réalités troublantes abordées par l’auteur à travers la narration des jumeaux. À la suite de la polémique scolaire à propos du Grand cahier en France, plusieurs enseignants s’interrogent sur les risques associés à l’enseignement de ce roman en classe par rapport aux bienfaits. Penses-tu que le livre Le grand cahier d’Agota Kristof devrait mis au programme avec des élèves du secondaire malgré la présence de thèmes délicats? Pourquoi? Écris une lettre ouverte, d’une longueur de 500 mots environ, à la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Mme Marie Malavoy afin de lui faire part de ton opinion. La revue Québec français, adressée aux enseignants du secondaire, publiera ta lettre sur le sujet dans son prochain numéro, consacré à la censure dans la littérature pour adolescents. Ton but est de prendre position sur le sujet et de convaincre les enseignants que ton point de vue est le meilleur, en appuyant tes arguments de passages tirés du roman.Tu dois utiliser un procédé argumentatif dominant parmi ceux vus en classe (la réfutation, la démonstration argumentative ou l’explication argumentative) et respecter le canevas du plan prévu pour celui-ci (Apprendre à Argumenter, pages 104 et 105) en présentant deux arguments. Le texte fera l’objet d’une évaluation sommative, qui portera sur le procédé argumentatif dominant et la qualité de tes arguments.

La lettre ouverte est un genre argumentatif mis au programme de deuxième cycle en cinquième secondaire. Dans ce cas-ci, nous prenons en considération que l’enseignant a préalablement travaillé les trois procédés argumentatifs avec les élèves et que ceux-ci ont été familiarisés avec ce genre de texte. Ils ont construit une grille regroupant les caractéristiques génériques de la lettre ouverte et qui leur permettra de s’autoévaluer durant la révision-correction (voir annexe VII). En grand groupe, l’enseignant aide les élèves à relever les éléments de la situation de communication en analysant la consigne. Il leur donne des outils pour bien planifier leur texte; il peut également prévoir un moment lors de la planification durant lequel les élèves pourront consulter leurs pairs afin de recevoir des commentaires sur la structure de leur texte et les arguments choisis. Les élèves disposent de la moitié d’une période pour planifier leur texte, puis de deux périodes pour la rédaction.

Conclusion

En conclusion, nous espérons que cette séquence permettra aux élèves de mieux comprendre le sens global du Grand cahier, roman qui ébranle, percute et suscite une réflexion. Principalement articulée autour de la lecture, la séquence inclut également des activités en lien avec l’écriture et l’oral, afin de permettre aux élèves d’écrire et de discuter à propos d’un texte littéraire et de leurs réactions par rapport à celui-ci. Les activités prévues, en lien avec les problèmes de lecture, nous amènent à interpréter des enjeux importants du texte, particulièrement en ce qui concerne les valeurs véhiculées par les jumeaux. Les élèves ont été amenés à réagir et à réfléchir à la brutalité des hommes et aux conséquences tragiques de la guerre sur des enfants. Enfin, nous espérons que les élèves développeront leur intérêt pour la lecture littéraire à travers cette séquence.

BIBLIOGRAPHIE

Guerguerian, S. (1997). « La littérature de jeunesse : un élément déclencheur d’intégration des matières » Québec français, 104, p.57-61.

Joaquim Dolz, Michèle Noverraz, Bernard Schneuwly (dir), S’exprimer en français, séquences didactiques  pour l’oral et pour l’écrit, Volume III, 5e/6e, Bruxelles, DeBoeck- Corome, 2001, p. 110.

Kristof, A. (1986). Le grand cahier, Éditions du Seuil, Paris, 184 p.         

Lebrun, M. et Coulet, C. (2003). « Favoriser un rapport critique à la lecture/écriture littéraire en constituant la classe comme une communauté active de lecteurs et d’auteurs ». Enjeux, 57, 100-114.

Lusignan, G. (1995). « La lecture stratégique au secondaire». Québec français, 96, p.65-71.

Simard, Dufays, Dolz et Garcia-Debanc, C. (2010). « La littérature » Dans Didactique du français langue première. Bruxelles : De Boeck, 326-351.

Tauveron, C. (1999). « Comprendre et interpréter le littéraire à l’école ». Repères, 19, 9-38.

 

Réseau de textes

Arnothy, C. (1955). J’ai quinze ans et je ne veux pas mourir, Éditions Laurence-Olivier Four, Québec, 137 p.

Cayrol, J. (1945). « J’accuse », dans Paroles de déportés d’Y. MÉNAGER (2005), Éditions de l’Atelier, p.112

Marineau, M. (1996). La route de Chlifa, Éditions Québec Amérique, Boucherville, 245 p.

Spiegel, I. (1956). «Donnez-moi la mémoire», dans Paroles de déportés d’Y. MÉNAGER (2005), Éditions de l’Atelier, p.99-100.

Tsuchiya, Y. (1951). Fidèles éléphants, Éditions Les 400 Coups, Québec,  32 p.

 

Sites internet

Cèbe, S., Goigoux, R., Thomazet, S. (Inédit). Enseigner la compréhension : principes didactiques, exemples de tâches et d’activités, 27 p. [En ligne]. http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/92/24/82/PDF/lire_ecrire_enseigner_comprehension_115544.pdf (Page consultée le 12 avril 2014)

Chartrand, S.-G. (2012). « Planification d’une séquence d’enseignement de la lettre ouverte et du débat public en cinquième secondaire, conforme aux prescriptions de la Progression des apprentissages (MELS, 2011) », Portail de l’enseignement du français, 38 p. [En ligne] www.enseignementdufrancais.fse.ulaval (page consultée le 12 avril 2014)

Falardeau, É. et J.-C. Gagné. (2012). L’enseignement explicite des stratégies de lecture : des pratiques fondées par la recherche, Québec, 41 p. [En ligne] http://www.enseignementdufrancais.fse.ulaval.ca/fichiers/site_ens_francais/modules/document_section_fichier/fichier__fea789b8b6f7__Enseignement_explicite_et_autoregulation_avec_images_15_fev.pdf (Page consultée le 30 mars 2014).

Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, « Programme de formation de formation de l’école québécoise », Français, langue d’enseignement, [En ligne]. http://www1.mels.gouv.qc.ca/sections/programmeFormation/secondaire2/medias/PFEQ_FrancaisLangueEnseignement.pdf (page consultée le 16 avril 2014)

Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Progression des apprentissages au secondaire, [En ligne]. http://www1.mels.gouv.qc.ca/progressionSecondaire/# (Page consultée le 16 avril 2014)


[1] Fiche «Je comprends un texte», présentée sur le Portail de l’enseignement du français.

[2] Fiche «Je comprends un texte», présentée sur le Portail de l’enseignement du français.

[3] Cette activité est inspirée de celle proposée par S. Guerguerian dans son article « La littérature de jeunesse : un élément déclencheur d’intégration des matières » dans la revue Québec français.


---
© 2024, Université Laval
Ce texte est protégé par la loi sur les droits d'auteur. Il peut cependant être utilisé à des fins éducatives. Nous vous prions d'en indiquer la source lors d'une éventuelle utilisation.


À propos | Aide | Contactez-nous