Se connecter
 Retour à la page précédente
Les cerfs-volants

Fiche descriptive
Séquence didactique
Annexes
Les cerfs-volants
GARY, Romain
Par Sophie Bouliane


Nationalité de l'auteur : Française
Genre : Roman
Courant : Postmodernité
Siècle : 20e siècle
Groupe d'âge visé : Collégial
Auteur de la séquence : Sophie Bouliane
Date du dépôt : Automne 2003


Court résumé et situation-problème

Le dernier roman de Gary, Les cerfs-volants, publié en 1980, s’inscrit dans une esthétique de la postmodernité et convient tout à fait aux objectifs du cours Littérature et imaginaire (601-102-04), soit l’étude des représentations du monde. L’histoire se déroule en France lors de la Seconde Guerre Mondiale. Alors que cette dernière est en branle, le narrateur-personnage Ludo, élevé par son oncle Ambroise Fleury, rencontre Lila l’aristocrate polonaise, dont il tombe amoureux. Pendant la guerre, Ludo sera toujours inspiré par l’image des cerfs-volants dessinant le ciel qui ont été fabriqués par son oncle.
Nous proposons une situation-problème partagée entre deux axes distincts qui, en plus de présenter des entraves à la lecture, constituent des pistes d’entrée privilégiées pour l’étude du roman. D’une part, l’élève pourra identifier, comprendre et interpréter la tonalité satirique dans le roman et, d’autre part, il sera en mesure de comprendre et d’interpréter le symbole des cerfs-volants sous différents angles (littéraires, philosophiques, historiques, etc.).

Préparation à la lecture ( 4 heures)

1. Avant de commencer la lecture, il serait judicieux d’aborder certains facteurs externes au champ littéraire en lien avec des éléments biographiques incontournables de la vie de Gary : l’obtention à deux reprises du prix Goncourt en 1956 et en 1975, ce qui constitue l’orchestration de la plus grande supercherie littéraire du 20e siècle, et son engagement dans la Résistance, à titre de pilote, au cours de la Seconde Guerre. Outils proposés : un article du magazine Le Figaro, « Émile Ajar : deux Goncourt, sinon rien1 » et un extrait de Vie et mort d’Émile Ajar qui se clôt ainsi « Je me suis bien amusé. Au revoir et merci. » À la maison, les élèves pourront lire ces extraits et prêter attention à la position de Gary dans le champ littéraire. Suivra un court exposé magistral de la part de l’enseignant qui présente l’auteur (Gary-Ajar) et son implication en tant que Résistant actif. Pour plus d’informations ou pour trouver une illustration évocatrice de l’auteur en tenue de pilote, il est suggéré de se référer au site internet de l’Ordre des compagnons de la Libération (www.ordredelaliberation.fr).
2. Le satirique : Avant d’aborder le texte littéraire, nous proposons des activités en lien avec la caricature, étant donné que celle-ci constitue l’expression visuelle privilégiée du satirique. Nous suggérons aux enseignants de consulter le recueil anthologique Le satirique 2. Il faudra distinguer la tonalité étudiée de l’ironie, en ce qu’elle se définit en fonction de quatre repères précis : elle met l’accent sur une anomalie, un ridicule, un scandale ; elle désigne une cible ; elle utilise une forme ou un support précis (visuel ou littéraire) qui reprend et transpose la réalité dénoncée pour l’exprimer ; elle rend le lecteur complice de ce qui est dit. Au choix, l’enseignant peut demander aux élèves de trouver eux-mêmes des caricatures qu’ils analyseront en sous-groupes selon ces critères ou travailler à partir de caricatures choisies. Nous suggérons à cet égard l’ouvrage Histoire de France par la caricature 3. Nous proposons également un réseau de textes constitué d’extraits du 20e siècle, unis par la thématique (la guerre) et le registre (le satirique). Il sera possible de faire des choix parmi les textes proposés (par ailleurs, ceux-ci pourront être trouvés en abondance dans l’anthologie Le satirique) : extrait du Manuel du savoir-vivre à l’usage des rustres et des malpolis4 de Pierre Desproges, extrait de La guerre de Troie n’aura pas lieu (Acte II, scène 5) de Giraudoux, La guerre de 14-18 de Brassens, La Java des Bombes atomiques et Le déserteur de Boris Vian. L’accent pourra être mis sur les questions suivantes pour chacun des textes : quelle est la cible de la satire ? Comment la tonalité satirique se manifeste-t-elle dans le langage ?
3. Les cerfs-volants : Les élèves travailleront à partir de la première de couverture du roman et sur la signification de l’illustration. L’enseignant pourra poser diverses questions telles : Que représente l’illustration ? Quels contexte et époque sont visuellement représentés ? Quels liens peut-on faire avec le titre ? Les étudiants pourront consigner leurs réponses et les comparer avec les pistes d’interprétation trouvées lors de la lecture. En classe, l’enseignant gagnera à lire à voix haute l’incipit jusqu’aux deux premières pages du roman (en mettant l’accent sur l’effet satirique) et sur l’importance accordée aux cerfs-volants, laquelle est liée aux deux personnages principaux présentés dans le chapitre d’ouverture : Ludo Fleury et son oncle Amboise Fleury.

Pendant la lecture ( 4 heures)

1. Le satirique : Il faudra amener les élèves à intégrer certains éléments historiques nécessaires à la compréhension de l’œuvre et du registre en leur fournissant un schéma ou une ligne du temps. Le récit sera ainsi éclairé par l’Histoire. Il s’agira de faire référence à la mobilisation générale en septembre 1939, au début de la Seconde Guerre Mondiale ; 14 juin 1940, à l’envahissement de Paris par les Allemands ; 18 juin 1940, à l’appel à la Résistance du Général de Gaulle ; 6 et 7 juin, au débarquement de Normandie ; 8 mai 1945, Armistice. Par la suite, un court exposé magistral suivra portant sur la distinction entre la Collaboration et la Résistance. L’enseignant centrera l’étude sur un passage satirique évocateur : nous suggérons un extrait du chapitre XXII, des pages 152 à 154, dans lequel fiction et Histoire se recoupent. Les élèves pourront travailler en sous-groupes sur ce passage. Voici un aperçu des questions qui pourront être posées : Quelle est la cible du satirique dans l’extrait ? Quelle est la réalité dénoncée ? Quel est le comportement d’Ambroise Fleury ? Trouvez les manifestations stylistiques qui traduisent un effet satirique.
Après cet exercice, nous suggérons de demander aux élèves, en équipes de deux, de rédiger un exercice d’écriture littéraire en transformant le passage étudié dans une tonalité réaliste. Les élèves seront appelés à lire leur création à voix haute. Par la suite, l’enseignant demandera aux élèves de repérer des extraits révélateurs en fonction de quatre axes précis : Marcellin Duprat, propriétaire du Clos Joli ; la famille aristocratique des Bronicki ; l’Histoire historique ; la Résistance. Les élèves confronteront, en sous-groupes, les extraits trouvés et devront vérifier si ceux-ci correspondent aux quatre critères du satirique précédemment circonscrits. Les quatre axes mériteront d’être explicités par l’enseignant qui pourra trouver de courts extraits historiques relatant l’histoire du conflit mondial et ses conséquences ; par exemple, un extrait autour de la Seconde guerre, un second portant sur l’opposition aristocratie-peuple (faire le lien entre Ludo, paysan normand, et Lila Bronicki, aristocrate polonaise) et un autre traitant de l’institution culinaire en France (lien avec Marcellin Duprat).
2. Les cerfs-volants : Il est suggéré de reprendre l’extrait préalablement analysé au chapitre XXII et de porter une attention particulière à «l’objet cerfs-volants». En effet, au moment du déclenchement de la Seconde Guerre, Ambroise Fleury, unique créateur des cerfs-volants, détruit ses propres créations. On attirera l’attention sur cette problématique afin de susciter le questionnement. On demande aux élèves d’apporter un dictionnaire des noms propres afin de pallier les difficultés de lecture. L’enseignant pourra former sept équipes, chacune devant se pencher sur une question distincte. Nous suggérons les pistes suivantes : 1) Qu’arrive-t-il à Ambroise Fleury au cours de l’occupation allemande ? Qu’est-il contraint de faire ? Peut-il se consacrer à son passe-temps de la même manière ? 2) Cherchez le lien unissant ces noms de cerfs-volants : Croquemuche, Batifol, Clopin-clopant, Patapouf, Zigomar, Palpitar, Aimable, Titube, Popotin et Mimile. Que représentent-ils ? 3) Montaigne, Érasme, Rabelais et Pascal ; 4) Rousseau, Voltaire, Montesquieu et Diderot ; 5) De Gaulle et le maréchal Pétain ; 6) Léon Blum, Jaurès et Jeanne d’Arc ; 7) Que signifie la métaphore fort récurrente dans le roman : « à la poursuite du bleu » ? Proposer des pistes d’interprétation.
Du temps en classe sera laissé aux étudiants afin qu’ils puissent faire une recherche en équipes. Au cours suivant, leur travail sera réinvesti lors d’un exposé en équipes devant le groupe. Les élèves pourront distribuer un résumé de leur recherche ; les autres seront invités à poser des questions et à prendre des notes. L’enseignant pourra susciter le questionnement à la fin des exposés afin d’amener diverses pistes de réflexion.

Après la lecture

Nous croyons que notre situation-problème, telle que formulée, pourra être réinvestie dans la dissertation explicative. Voici deux énoncés formulés ainsi :
1) Le satirique est la tonalité privilégiée dans le roman Les cerfs-volants de Romain Gary. Illustrez avec des exemples tirés du texte.
2) Commentez l’affirmation suivante : le symbole des cerfs-volants est lié à la fois aux mondes réel et imaginaire.

_________________

1 Anthony Palou, « Émile Ajar : deux Goncourt sinon rien », Magazine Le Figaro, no 1189,
9 août 2003, pages 44-45.
2 Le satirique du genre au registre, « La bibliothèque Gallimard », Éditions Gallimard, 2002.
3 Histoire de France par la caricature, Annie Duprat, « Larousse »,1999.
4 Dans l’anthologie Le satirique, Ibid., pages 260-261.


---
© 2018, Université Laval
Ce texte est protégé par la loi sur les droits d'auteur. Il peut cependant être utilisé à des fins éducatives. Nous vous prions d'en indiquer la source lors d'une éventuelle utilisation.


À propos | Aide | Contactez-nous